INFORMATIONS  PRATIQUES

Tarif concert : 11€

Gratuit pour les enfants de moins de 15 ans

Règlement sur place (chèque ou espèces uniquement)

Réservation indispensable

par mail de préférence : resa@lacourroie.org

ou par téléphone : 04 90 32 11 41

 

Concert du soir  à 20h17

Ouverture de La Courroie à 19h

Petite restauration sur place

avant et après le concert

Boissons 1€ • Soupe  3€ • Desserts 2€

 

Concert du matin à 11h

Ouverture de La Courroie à 10h

Petit déjeuner à 10h réservation indispensable

Tarif 6€ pour tous : Thé, café, chocolat chaud, pain frais, brioches et confitures maison ...

 

Placement libre

Concert du matin

COMPLET

 Georg Philipp Telemann (1681-1767) Concerto en mi mineur TWV 52: e1 pour flûte à bec, traverso, cordes et basse continue Largo – Allegro – Largo - Presto Johann Sebastian Bach (1685-1750) Concerto en fa Majeur BWV 1057 pour clavecin, deux flûtes à bec, cordes et basse continue Sans indication – Andante - Allegro assai Johann Sebastian Bach (1685-1750) Concerto en do mineur BWV 1060 pour hautbois et violon, cordes et basse continue Allegro – Adagio – Allegro Georg Philipp Telemann (1681-1767) Concerto en si bémol Majeur TWV 54: b1 pour hautbois, violon, deux traversos, deux alto et basse continue Largo – Allegro – Dolce – Allegro
 Ensemble Amarillis Effervescence concertante Concertos de chambre de Georg Philipp Telemann et Johann Sebastian Bach Héloïse Gaillard : flûte à bec et hautbois baroque Amélie Michel : traverso Meillane Wilmotte : flûte à bec et traverso Alice Piérot : violon concertant David Plantier : violon Alix Boivert : violon et alto Laurent Muller : alto Annabelle Luis : violoncelle Ludovic Coutineau : contrebasse Violaine Cochard : clavecin

PROGRAMME

Dimanche 11 septembre 2016 Concert à 11h et 20h16

Concert du matin

COMPLET

Georg Philipp Telemann et Johann Sebastian Bach, amis de cœur et d'esprit, aimaient transgresser les règles établies et explorer, chacun à sa manière, les formes et les styles de l'époque baroque. D'où notre désir de les réunir dans ce programme, en rien de les opposer ! L'un et l'autre, en effet, ont aimé faire se rencontrer, converser, se concerter, des instruments différents, en jouant sur le mélange de timbres aussi divers que ceux des cordes et des vents. L'idée de ce programme est de privilégier les concertos pour plusieurs instruments concertants dans des combinaisons sonores variées. Ainsi au Concerto pour flûte à bec et traverso de Telemann répond le Concerto pour violon et hautbois de Bach. Telemann choisit la forme en quatre mouvements rappelant ainsi l'ancienne sonata da chiesa alors que Bach adopte la forme en trois mouvement créée par Vivaldi. Les deux autres concertos mis à l'honneur dans ce programme font dialoguer plusieurs instruments. Le Concerto en si bémol majeur pour hautbois, violon et deux traversos est original à plus d'un titre, puisque les parties d'accompagnement sont dévolues à un violon et deux altos auxquels s'adjoint le continuo. Telemann affirme son originalité dans des couleurs instrumentales rares et ce concerto reflète la curiosité insatiable de ce compositeur qui ne cesse d'explorer de nouvelles combinaisons sonores. Il ne s'intéresse guère à la virtuosité instrumentale, car c'est le plaisir de jouer ensemble qui doit l'emporter. Il suffit d'ailleurs de lire ces conseils avisés que Telemann donne comme règle de composition : « il ne suffit pas que toutes les notes sonnent, que tu saches bien utiliser les règles, donne à chaque instrument ce qui lui convient, ainsi l'interprète en aura tout autant de plaisir que toi ». La mélodie et l'harmonie doivent primer ! Le Concerto pour clavecin en fa majeur BWV 1057 est une retranscription par Bach lui-même de son 4e concerto Brandebourgeois lorsqu'il s'établit à Leipzig. Bach, comme d'autres compositeurs de cette époque baroque, n'hésitait pas à réutiliser des thèmes, voire des pièces entières, en les transformant à sa guise. Ainsi a-t-il gardé les deux flûtes à bec très complices déjà présentes dans le Brandebourgeois, tandis que la partie de violon concertant est, elle, remplacée par le clavecin. Les personnalités de ces deux compositeurs s'épanouissent pleinement dans la forme concertante et l'un et l'autre montrent ici leur maîtrise de cette forme tout en adoptant des structures différentes. Telemann adopte dans les deux concertos la forme en quatre mouvements, il y révèle la maîtrise des formes et des structures propres à son écriture par le mélange, notamment de la forme concertante et de l'imitation en contrepoint. Les deux concertos de Bach sont construits sur le modèle établi par Antonio Vivaldi : un mouvement lent central entouré de deux mouvements rapides. La danse et la rythmique exubérante des mouvements rapides contrastent avec les mouvements lents élégiaques et poétiques devenus de ce fait à juste titre de véritables « tubes ». Héloïse Gaillard Amarillis est un ensemble à géométrie variable qui compte aujourd’hui parmi les formations baroques les plus originales en Europe. Créé en 1994, l’Ensemble remporte trois premiers Prix internationaux : en 1995, le premier Prix du concours de musique ancienne de York, puis, en 1997, successivement le premier Prix du concours Musique d’Ensemble organisé par la FNAPEC ainsi que le premier Prix et le Prix du public au concours SINFONIA présidé par Gustav Leonhardt. En 1999, Amarillis a été distingué par les révélations classiques de l’Adami. Amarillis collabore très régulièrement avec les meilleurs chanteurs actuels : Patricia Petibon, Stéphanie d’Oustrac, Mathias Vidal, Robert Getchell, Emiliano Gonzalez-Toro, Benoît Arnould… et au gré de la programmation, réunit dans un même esprit de musique de chambre des musiciens au talent confirmé. L’Ensemble a reçu les plus vifs éloges de la presse nationale et internationale pour l’ensemble de sa discographie (15 disques) parue sous les labels Ambroisie-Naïve, Ambronay, AgOgique et NoMadMusic. Le 15e enregistrement, Inspiration baroque, est paru en mars 2016 pour le label NoMadMusic. Des œuvres emblématiques des différents courants musicaux de l’époque baroque sont mises en résonance avec des morceaux composés ou arrangés par le clarinettiste de jazz Louis Sclavis et par le saxophoniste Matthieu Metzger avec ce goût commun pour une fantaisie et une liberté de ton dans l’invention mélodique. De renommée internationale, Amarillis se produit régulièrement en France (Théâtre des Champs Élysées, de Poissy, Philharmonie de Paris, Festivals d’Ambronay, d'Auvers sur Oise, Saintes, Sablé sur Sarthe…, Centre de Musique baroque de Versailles, Opéras de Lille, Versailles, Angers, Nantes, Avignon..., Arsenal de Metz, Scène Nationale de Besançon…), au Royaume-Uni (Royal Academy of Music, festivals de York et Brighton…), aux Pays-Bas, en Espagne, en Allemagne, en Amérique latine, au Canada, au Sénégal, en Inde, en Russie, en Chine, au French May à Hong-Kong (tournées soutenues par l’Institut Français). L’Ensemble est régulièrement invité à participer à des émissions de France Musique et Radio classique. La BBC, Mezzo, France télévision et Arte ont également enregistré plusieurs de ses concerts. Amarillis est conventionné par l’État - Préfet de la Région Pays de la Loire - Direction Régionale des Affaires Culturelles, par la Région Pays-de-la-Loire et par la ville d’Angers. Il est membre de la fédération des Ensembles Vocaux et Instrumentaux Spécialisés.
Héloïse Gaillard • hautbois baroque et flûtes à bec Saluée par la presse internationale pour sa sensibilité musicale, ses talents de virtuose et la subtilité contrastée de son jeu, Héloïse Gaillard se fait très vite remarquer par ses qualités de soliste. Après un Premier Prix de flûte au CNR de Tours et un Premier Prix de hautbois moderne, elle obtient le Diplôme de Soliste avec distinction du Conservatoire Supérieur de Rotterdam en flûte, un Premier Prix avec distinction au Lemmensinstitut de Louvain et le Diplôme Supérieur du CNSM de Paris en hautbois baroque. Elle a travaillé avec Jean-Pierre Nicolas, Han Tol, Paul Dombrecht et Marcel Ponseele. Elle est également licenciée en musicologie de la Sorbonne. Elle obtient en 2005 le Certificat d’Aptitude de Musique Ancienne. Elle a enseigné le hautbois baroque au sein du département de musique ancienne d’Aix en Provence de 2009 à 2015 et est régulièrement invitée à donner des Master classes en France, en Angleterre, en Amérique du Sud, à Hong-Kong. Elle est hautbois solo au Concert Spirituel dirigé par Hervé Niquet, flûte solo dans l’ensemble Les Talens Lyriques dirigés par Christophe Rousset ainsi que dans l’ensemble Le Concert d’Astrée sous la direction d’Emmanuelle Haïm. Elle a également participé à plusieurs productions des Arts Florissants sous la direction de William Christie. Elle se produit en soliste ou avec orchestre en France et à l’étranger : à Paris (Salle Gaveau, Théâtre des Champs Elysées, Cité de la musique), à Metz (Arsenal), à Nantes (Cité des Congrès), à Angers (Grand théâtre), dans de nombreux festivals (Folles journées de Nantes, Printemps des Arts, Sablé, Beaune, Ambronay...), à Londres (Barbican), à Amsterdam (Opéra, Concertgebouw), à Berlin (Philharmonie), à Dresden et Leipzig (Opéra), à Vienne (Konzerthaus), à Stockholm (Konzerthuis), à Boston, à New York (Lincoln Center), en Russie, en Amérique latine, en Inde, en Chine, au Japon... Outre les disques qu’elle a réalisés avec Amarillis pour le label Ambroisie-Naive, pour le label d’Ambronay ou pour le label Agogique (15 CD depuis 1999) elle participe à de nombreux enregistrements en soliste parus en CD ou en DVD pour Naxos, Glossa, EMI, notamment avec Le Concert Spirituel, Le Concert d’Astrée, Les Talens Lyriques, Les Arts Florissants… Un portrait d’une heure, réalisé en 2005 par Mezzo et France 2, lui a été consacré. France Musique, la BBC, Arte Concert, Mezzo et Radio classique retransmettent régulièrement ses concerts. Son enregistrement solo des 12 fantaisies de Georg Philipp Telemann paru en octobre 2013 pour le label Agogique a reçu un Choc Classica (décembre 2013). Alice Piérot • violon baroque Diplômée du CNSM de Lyon, lauréate de concours internationaux de musique de chambre, Alice Piérot s'oriente vers la musique baroque en 1988, devient membre des Musiciens du Louvre (dir. M. Minkowski) et sera leur violon-solo pendant de nombreuses années. Elle est depuis 2004 le Premier violon du Concert Spirituel (dir. H. Niquet). Partenaire privilégiée de l'ensemble Amarillis, elle consacre une grande part de son activité à la musique de chambre avec notamment Les Veilleurs de nuit, le trio à cordes Anpapié et en duo avec la piano-fortiste Aline Zylberajch. Alice Piérot enseigne au conservatoire d'Aix-en-Provence, animant les classes d’orchestre et de violon baroque, enregistre pour de nombreuses radios françaises et européennes, et possède une discographie riche de plus de quarante enregistrements, parmi lesquels celui des Sonates du Rosaire de Biber (label Alpha), récompensé en 2003 d’un Diapason d’or de l’année. Fille de la campagne et bâtisseuse, elle investit en 2002 une ancienne usine proche d'Avignon et la transforme en vaste vaisseau musical, La Courroie, qui accueille aujourd’hui concerts, résidences, créations et enregistrements, expérimentant de nouvelles formes de diffusion et de pratiques de la musique, de la plus ancienne à la plus contemporaine. Elle a participé à plusieurs des enregistrements discographiques de l’ensemble Amarillis : Ferveur et Extase (Éditions Ambronay, 2011), Rameau - Cantates et pièces de clavecin en concert (Naïve, 2014) et Antoine Dauvergne / Gérard Pesson : Les Troqueurs et La Double Coquette (NoMadMusic, 2015).
Violaine Cochard • clavecin Au fil des années et des collaborations avec les artistes et ensembles les plus actifs du monde baroque, Violaine Cochard a mûri une manière aussi musicale que personnelle, faite d’humilité face aux partitions et aux compositeurs. Née à Angers, Violaine Cochard commence l’étude du clavecin dès l’âge de 8 ans au Conservatoire de sa ville natale auprès de Françoise Marmin. L’année de son Premier Prix de clavecin (1991) est aussi celle de son entrée au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans les classes de Kenneth Gilbert et de Christophe Rousset. Parallèlement, elle travaille avec Pierre Hantaï pendant de nombreuses années. En juin 1994, elle obtient deux Premiers Prix – basse continue et clavecin – remportés à l’unanimité. Elle se perfectionne ensuite auprès de Christophe Rousset dans le cadre du troisième cycle du CNSM de Paris. En juin 1999, elle décroche le Premier Prix du Concours International de Clavecin de Montréal. En trio avec l’ensemble Amarillis – dont elle est membre fondateur –, elle remporte les Premiers Prix dans plusieurs Concours prestigieux : York (juillet 1995), Fnapec (avril 1997) et Sinfonia (septembre 1997), présidé par Gustav Leonhardt. Sa profonde connaissance de la voix et des styles fait d'elle un chef de chant très sollicité par les chanteurs eux-mêmes mais aussi par des ensembles prestigieux pour leurs productions d'opéra : citons Les Talens Lyriques, Le Concert d'Astrée ou encore Les Arts Florissants. Violaine Cochard est aussi une pédagogue reconnue : elle a ainsi enseigné au Conservatoire National de Région de Montpellier pendant trois ans (1999-2002) et est régulièrement invitée à donner des master-class à Prague, Istanbul et Mexico. Toutefois, Violaine Cochard consacre l'essentiel de son temps au récital et à la musique de chambre au sein de nombreux ensembles. Parmi ces derniers, outre Amarillis, on peut signaler les collaborations étroites avec Il Seminario Musicale et Gérard Lesne, l'Ensemble Spirale de la gambiste Marianne Müller, Gli Incogniti de la violoniste Amandine Beyer, sans oublier le duo qu'elle forme avec la violoniste Stéphanie-Marie Degand. Parallèlement à ses activités dans le monde baroque, Violaine Cochard aime aussi collaborer avec des musiciens d'autres univers musicaux, comme le groupe de musiques actuelles Tram des Balkans ainsi que le pianiste de jazz Édouard Ferlet, avec lequel elle crée un duo singulier et inédit et qui a fait l’objet d’un premier disque très remarqué Bach plucked unplucked. Violaine Cochard donne des récitals et des concerts de musique de chambre dans de nombreux hauts lieux musicaux d'Europe : Cité de la Musique et Auditorium du Louvre à Paris, Festivals d'Ambronay, de Beaune, de Sablé, Montreux, Utrecht et Berlin, Printemps des Arts et Folles Journées de Nantes, Semaine Sainte de Pise, Université de Madrid... Elle se produit aussi en Amérique latine, au Canada, en Turquie, en Inde et au Japon. Avec les différents ensembles avec lesquelles elle se produit, elle a enregistré une trentaine de disques pour Opus 111, K617, Ambroisie-Naïve, Zig-Zag Territoires, Virgin Classics, Arion, AgOgique et Alpha... en solo elle a réalisé trois enregistrements consacrés à François Couperin et J.S. Bach, particulièrement appréciés par la critique. Amélie Michel • flûte traversière baroque Amélie Michelcommence ses études musicales au C.N.R. de Nice où elle obtient un Premier Prix à l'unanimité de flûte Böhm et de musique de chambre. Cependant, elle s'intéresse à la musique baroque et l’étudie auprès de Gilbert Bezzina, de Jean-Christophe Frisch, de Pierre Séchet au C.N.S.M. de Paris et de Barthold Kuijken au Conservatoire Royal de Bruxelles puis se spécialise dans la pratique des différentes flûtes du 19° siècle. Elle participe à différents concerts, notamment avec l'Orchestre des Champs-Elysées (Philippe Herreweghe), la Grande Écurie et la Chambre du Roy (Jean-Claude Malgoire), Anima Eterna (Jos van Immerseel), Collegium Vocale Gent (Philippe Herreweghe), mais aussi avec diverses formations de musique de chambre dont l’ensemble Amarillis.
Meillane Wilmotte • flûtes à bec Meillane étudie la flûte à bec auprès de Pierre Hamon et de Jean-Pierre Nicolas. Elle se perfectionne au CNR de Paris ou elle obtient un Diplôme d’Etudes Supérieures de Musique Ancienne. Parallèlement à son activité pédagogique au CRD de Gap, elle se produit régulièrement dans divers ensembles, tels les talens lyriques (dir Christophe Rousset), l’ensemble Mathéus (dir Jean-Christophe Spinosi). Elle fait de nombreux enregistrements (Vivaldi, Haendel, Monteverdi, Charpentier…) et concerts avec Le Concert d’Astrée (dir Emmanuelle Haim) en France et à l’étranger.