Mardi 11 et mercredi 12 octobre 2016 à 20h16

 

 

Since sounding voice ...

 

The Curious Bards

 

Alix Boivert

violon baroque et direction artistique

Ilektra Platiopoulou • chant

Bruno Harlé • flûtes

Louis Capeillle • harpe triple

Jean-Christophe Morel • cistre

Sarah Van Oudenhove • viole de gambe

COMPLET
Pour ce concert, The Curious Bards intègrent une part importante de la culture irlandaise et écossaise : les chansons. Ces chansons collectées dans les recueils du XVIIIe siècle nous racontent l'histoire de ces deux pays, à travers leurs récits amoureux, désespérés ou patriotiques. Les chansons sont prélevées dans des collections telles que « Orpheus Caledonius » (1733), « Calliope or a musical miscellany » (1788), « Vocal magazine » (1798), « A collection of Scots songs » (Bremner, 1757)... Ilektra Platiopoulou, chanteuse invitée pour ce programme, passera de l'humour aux sanglots, de la fougue au désespoir, pour vous permettre d'approcher au plus près l'âme des Gaels. L’ensemble Depuis 2015, The Curious Bards réunit cinq musiciens amoureux des musiques traditionnelles du monde gaélique et celte. Cinq instrumentistes issus du monde de la musique ancienne et des prestigieux conservatoires de Lyon, Paris et Bâle. Un même cheminement où chacun, depuis plusieurs années, a intégré dans sa pratique et son parcours professionnel, la musique traditionnelle irlandaise et écossaise. Un ensemble qui se veut rigoureux dans ses recherches, innovant et créatif dans son intention musicale. Bardes des temps modernes, dotés d’un esprit de découverte et d’une pratique exigeante, ils créent un son marqué de l’authenticité, la chaleur et l’énergie contagieuse des musiques gaéliques. L’ensemble The Curious Bards a bénéficié du soutien de la Cité de la Voix de Vézelay dans le cadre de son dispositif jeunes ensembles en 2015. Il est également bénéficiaire, depuis 2016, du projet EEEmerging porté par le Festival d'Ambronay, qui soutient les jeunes ensembles de musique ancienne dans le cadre du programme Europe Créative. * « Barde » : individu chargé de perpétuer la tradition orale, notamment par la musique et le chant, dans les sociétés celtes de l'Antiquité.) Alix Boivert (violon baroque) Après ses études auprès de Robert Papavrami puis au conservatoire de Bordeaux il entre en 2009 au CNSM de Lyon dans la classe d’Odile Edouard dont il sort diplômé, en 2014, d’un Master mention “très bien” à l’unanimité avec les félicitations du jury. Son parcours est parsemé de master-classes avec les grands noms du violon baroque: Amandine Beyer, Enrico Onofri, Chiara Banchini, Hélène Schmitt... Il joue comme soliste dans des salles prestigieuses comme le Dublin National Concert Hall (2012) ou l’Auditorium de Bordeaux (2014) et en orchestre avec des ensembles tels que La Chapelle Rhénane, Pygmalion, Correspondances, Amarilis... Son premier enregistrement professionnel a lieu en 2013 avec l'Ensemble Baroque Atlantique (label L'encelade), en tant que soliste dans le concerto BWV 1064 de Jean-Sébastien Bach. Fort de plusieurs années d'apprentissage autodidacte de la musique traditionnelle irlandaise, et d'une année passée à Dublin il fonde en 2010, le groupe de musique irlandaise contemporaine Attby, puis crée The Curious Bards en 2015, avec lequel il explore les compositions et publications de musiques traditionnelle et savante du XVIIIe siècle en Irlande et en Écosse. Louis Capeille (Harpe baroque) Louis Capeille approche la harpe auprès de Véronique Musson-Gonneau et s’initie à la harpe baroque italienne pendant plusieurs années avec Marion Fourquier. Il entre, en 2005, à la Schola Cantorum de Bâle dans la classe de harpes anciennes de Heidrun Rosenzweig. C’est en 2010 qu’il obtient ainsi un Bachelor et un Master, tous deux avec distinctions, respectivement en harpe baroque et en basse continue. En 2012 il part suivre les enseignements de Maria Galassi et Xavier Diaz-Latorre à la ESMUC de Barcelone. Son parcours est également ponctué de master-classes avec Eugène Ferré, Gabriel Garrido, René Jacobs… Il se passionne, dès son plus jeune âge, pour les musiques traditionnelles irlandaises, mais aussi françaises. Son expérience lui a permis de se produire en Italie, Allemagne, Autriche ou Danemark auprès de diverses formations : la Compagnie Barbaroque, les Délices Françaises, A Corte Musical de Rogerio Gonçalves, Chant 1450, ou encore las Mascarinas. Au disque, il a joué sous la direction de Andrew Lawrence-King, Jean Tubéry, Xavier Diaz-Latorre et Dominique Vellard. Outre ses nombreuses activités, Louis Capeille est l’un des membres fondateurs de l’ensemble la Boz Galana.

PROGRAMME

►Set de 3 airs écossais extraits de « A collection of scots reels or country dances » (1757) The lads of Elgin The Highlandman kissed his mother The Fyket ► Since sounding drums (chanson irlandaise extraite de "Vocal magazine" de 1798) ►Highland battle (extrait de « Caledonian pocket companion » de 1750) ►Set de 3 airs irlandais Mary O'neill (Turlough O'carolan) The lads of Dunse (« Hibernian Muse » 1770) Port Patrick (« Hibernian Muse » 1770) ► Farewell (chanson écossaise extraite de "The musical miscellany" de 1786) ►Set de 2 airs avec variations Rakes of westmeath (instrumental irlandais avec variations de Thumoth Burke, 1746) Reel of Tulloch (instrumental écossais avec variations de David Young, 1734) ► Kilkenny is a handsome place (chanson irlandaise extraite de "Calliope or a musical miscellany" 1788) ► My gentle harp (chanson irlandaise avec paroles de Thomas Moore, 1798) ►Set de 3 airs irlandais/écossais (2'30) Lady Herriot Hopes (extrait de « Edinburgh repository of music ») Sir Adam Ferguson's reel (extrait de « Collection of Scots Reels, Minuets » de 1766) Bonny Lads (extrait de « 48 original irish dances » de 1795) ► King of the blind (extrait de « A collection of the most celebrated Irish tunes » de 1724) ►My harry was a gallant gay (chanson écossaise extraites de "Scottish songs" de 1794) ►Set de 2 airs irlandais John Nugent (« Hibernian Muse » 1770) Bumper Squire Jones (Turlough O'carolan) ►Set de 3 airs écossais tirés de « A collection of Strathspey, reels and jigs... » de 1797) Miss Loraine of Kirkharles Fight about the Fire side Lochailis away to France ►Lady Anne Bothwell's lamen t ( chanson écossaise extraite de "Orpheus Caledonius" de 1733)
Ilektra Platiopoulou (chant) Ilektra Platiopoulou commence l'apprentissage du chant, avec V. Tsampali au Neo Conservatory de Salonique, puis est admise à la Schola Cantorum de Bâle auprès de Rosa Dominguez et Andreas Scholl. Elle y reçoit son master de musique ancienne en 2009 puis intègre l'année suivante la classe de Marcel Boone à la Musik Akademie de Bâle afin d'approfondir sa technique vocale, et sa connaissance du répertoire lyrique. Elle est également, la même année, demi-finaliste du Concours Cesti (Innsbruck Autriche). Elle chante, en 2011, la partie de Virtu dans Le couronnement de Poppée de Claudio Monteverdi à l'Opéra National d'Athènes (dir: M. Chryssikos, mise en scène: A. Papadamaki). En 2013, elle donne un récital des Chansons Espagnoles de Manuel De Falla, avec l’Orchestre National de Bâle, puis effectue une tournée d’un mois au Japon comme soliste. L'année 2014 fut très importante pour sa jeune carrière avec notamment son premier rôle titre dans L'Enfant et les Sortilèges de Maurice Ravel (dir: R. Garza, mise en scène: Barbora Horakova-Joly) à l’Opéra National de Bâle. Cette même année elle est également sélectionnée pour interpréter le rôle de Lucilla (La Scala di Seta de Gioacchino Rossini) dans le cadre de la Résidence Rossini de l'Académie du Festival d'art lyrique d'Aix en Provence. En 2015, elle chante la partie de Marianna dans Il Signor Bruschino de Rossini (dir: Yi-Chen Lin, mise en scène : C. Desderi) à la Fondation Gulbenkian de Lisbonne. La même année, elle est sélectionnée pour participer au workshop Il viaggio a Reims de Rossini, avec le metteur en scène Stephan Grögler, à la Fondation Royaumont. Très intéressée par les liens entre la musique traditionnelle et la musique savante elle explore ces relations dans le répertoire grec de compositeurs tels que Theodorakis, Hadjidakis, et dans la musique gaélique ancienne avec l'ensemble The Curious Bards. Bruno Harlé (Flûtes) Bruno Harlé commence son parcours musical par la flûte traversière avec Thierry Boiteux et Nels Lindeblad, en région parisienne. Par la suite, il décide de se tourner vers la flûte traversière baroque et entre au CNSM de Paris dans la classe de Pierre Séchet. Il devient titulaire du DFS de Musique Ancienne du CNSMDP. A cette époque, il a la chance de découvrir de nouveaux genres de flûtes au travers du répertoire savant de la flûte du XIXe siècle, mais aussi de la musique traditionnelle irlandaise qu’il va étudier auprès de François Lazarevitch à l’Association Irlandaise de Paris. Ce parcours élargi lui offre l’occasion de participer à des concerts de La Grande Écurie dirigée par Jean- Claude Malgoire. En parallèle, il continue sa pratique de la flûte traditionnelle dans les répertoires de danses bretonnes et irlandaises, en intégrant le groupe arSkolpenn. Aujourd’hui lyonnais d’adoption, il a pu exercer sa pratique et approfondir son expérience de la musique irlandaise avec de grands noms : Kevin Crawford, Brian Finnegan ou encore Cormac Breatnach. Il enseigne à l’association « Irish flutes » de Lyon la flûte traversière irlandaise et le tin whistle (flûte traditionnelle).

INFORMATIONS  PRATIQUES

Recevez les annonces de concerts

Tarif unique 11€

Gratuit pour les enfants de moins de 15 ans

Règlement sur place

Chèque ou espèces uniquement (pas de CB)

 

Réservation indispensable

par mail de préférence : resa@lacourroie.org

ou par téléphone : 04 90 32 11 41

 

Placement libre

Concert sans entracte, durée 1h environ

 

Soupe, desserts et boissons vous sont proposés

à partir de 19h15 et à l’issue du concert

Boissons : 1€

Soupe : 3€

Desserts : 2€

 

Réserver

en cliquant ici

« Notre premier objectif est de remettre en lumière tout un champ musical aujourd'hui oublié : la musique du XVIIIe siècle en Irlande et Écosse. Pour cela j'ai commencé, il y a 2 ans, une recherche musicologique et historique, au préalable à Dublin pendant 8 mois puis de retour en France. La diversité et la richesse des musiques que j'ai pu découvrir tout au long de ce chemin m'a conforté dans la nécessité, pour nous musiciens à double pratique traditionnelle/savante, de devoir relever le défi d'une interprétation actuelle de ces différents styles musicaux. D'autant plus que ces musiques ont, pour la plupart à l'époque, représentées une part importante d'un patrimoine culturel pas toujours évident à conserver face à l'envahisseur du moment; l'Angleterre. Notre travail consiste donc à enquêter puis à expérimenter à partir des indices présents dans ces nombreuses publications (ornements, articulations, rythmique etc...) et pour le moment ces indications nous mènent vers une interprétation très proche de ce qui se fait aujourd'hui en musique traditionnelle. L'autre motivation qui nous porte dans ce projet est bien évidemment le rapport très particulier du musicien avec la musique traditionnelle. La profondeur, la spiritualité, l'abandon de soi que l'on peut ressentir, et qui confère au musicien une musicalité d'une rare humanité. Et donc d'une rare simplicité. » Alix Boivert (directeur artistique) Sarah Van Oudenhove (Violes de gambe) Dès ses six ans, Sarah commence la viole de gambe dans la classe de Christian Sala au conservatoire de Perpignan. En 1995, elle intègre la classe de Coen Engelhard au conservatoire de Toulouse, puis en 2003 la classe de Marianne Muller au CNSMD de Lyon dont elle sortit diplômée en 2008. Elle participe a de nombreux stages ou master-classes auprès des plus grands de la musique ancienne: Jerôme Hantaï, Wieland Kuijken, Christophe Coin ou encore Jordi Savall. Aujourd’hui, elle joue et enregistre régulièrement avec des ensembles comme l'Achéron, Sonadori, La Chapelle Rhénane, Clematis, Les Traversées Baroques, Epsilon, L'ensemble Gilles Binchois, Mare Nostrum, La Capella Mediterranea, Le choeur de chambre de Namur. Parallèlement à ce parcours bien fourni, elle est passionnée par la musique traditionnelle irlandaise actuelle. Elle entreprend tout un travail de réflexion et de recherche sur l'interprétation de la musique ancienne irlandaise et écossaise à la viole, son instrument de prédilection. Cet intérêt et ce travail de longue haleine sur les musiques anciennes gaéliques l’a menée à participer professionnellement à plusieurs festivals de musique traditionnelle (Celti'cimes, Tocane...). Jean-Christophe Morel (Cistre) Natif de Bordeaux, Jean-Christophe Morel commence la musique avec le violon à l’école Pierre Rode de Robert Papavrami. Il entre au conservatoire de Bordeaux en 2001, dans la classe de Manuel Solans, où il approfondie son apprentissage du violon. Puis il entre au CNSM de Lyon en 2009 simultanément dans les classes de Marie Charvet, Claire Bernard et Nicolas Gourbeix. Les années qui suivent représentent un temps de rencontres et de découvertes pour Jean-Christophe Morel. Parallèlement à sa formation classique, il s’ouvre à plusieurs styles musicaux variés et même à d’autres instruments : guitare, mandoline, cistre etc. Très influencé par la musique traditionnelle irlandaise, ces dernières années sont marquées par une intense pratique de ce répertoire, notamment au cours de sa première année de Master où il profite d’un Erasmus à Dublin. La musique de transmission orale et la pratique de l’improvisation lui ont permis de développer une personnalité artistique unique, originale, lui permettant de comprendre et d’intégrer des musiques différentes et complémentaires à la fois. En 2015, il a entrepris avec Alix Boivert des recherche sur la facture des cistres baroques dans les îles britanniques, puis a collaboré avecFrank Tate à la construction d’une copie d’un instrument de William Gibson fabriqué en 1772, et actuellement exposé au « National Museum of Ireland », à Dublin.
Mardi 11 et mercredi 12 octobre 2016 à 20h16
COMPLET
Pour ce concert, The Curious Bards intègrent une part importante de la culture irlandaise et écossaise : les chansons. Ces chansons collectées dans les recueils du XVIIIe siècle nous racontent l'histoire de ces deux pays, à travers leurs récits amoureux, désespérés ou patriotiques. Les chansons sont prélevées dans des collections telles que « Orpheus Caledonius » (1733), « Calliope or a musical miscellany » (1788), « Vocal magazine » (1798), « A collection of Scots songs » (Bremner, 1757)... Ilektra Platiopoulou, chanteuse invitée pour ce programme, passera de l'humour aux sanglots, de la fougue au désespoir, pour vous permettre d'approcher au plus près l'âme des Gaels. L’ensemble Depuis 2015, The Curious Bards réunit cinq musiciens amoureux des musiques traditionnelles du monde gaélique et celte. Cinq instrumentistes issus du monde de la musique ancienne et des prestigieux conservatoires de Lyon, Paris et Bâle. Un même cheminement où chacun, depuis plusieurs années, a intégré dans sa pratique et son parcours professionnel, la musique traditionnelle irlandaise et écossaise. Un ensemble qui se veut rigoureux dans ses recherches, innovant et créatif dans son intention musicale. Bardes des temps modernes, dotés d’un esprit de découverte et d’une pratique exigeante, ils créent un son marqué de l’authenticité, la chaleur et l’énergie contagieuse des musiques gaéliques. L’ensemble The Curious Bards a bénéficié du soutien de la Cité de la Voix de Vézelay dans le cadre de son dispositif jeunes ensembles en 2015. Il est également bénéficiaire, depuis 2016, du projet EEEmerging porté par le Festival d'Ambronay, qui soutient les jeunes ensembles de musique ancienne dans le cadre du programme Europe Créative. * « Barde » : individu chargé de perpétuer la tradition orale, notamment par la musique et le chant, dans les sociétés celtes de l'Antiquité.) Alix Boivert (violon baroque) Après ses études auprès de Robert Papavrami puis au conservatoire de Bordeaux il entre en 2009 au CNSM de Lyon dans la classe d’Odile Edouard dont il sort diplômé, en 2014, d’un Master mention “très bien” à l’unanimité avec les félicitations du jury. Son parcours est parsemé de master-classes avec les grands noms du violon baroque: Amandine Beyer, Enrico Onofri, Chiara Banchini, Hélène Schmitt... Il joue comme soliste dans des salles prestigieuses comme le Dublin National Concert Hall (2012) ou l’Auditorium de Bordeaux (2014) et en orchestre avec des ensembles tels que La Chapelle Rhénane, Pygmalion, Correspondances, Amarilis... Son premier enregistrement professionnel a lieu en 2013 avec l'Ensemble Baroque Atlantique (label L'encelade), en tant que soliste dans le concerto BWV 1064 de Jean-Sébastien Bach. Fort de plusieurs années d'apprentissage autodidacte de la musique traditionnelle irlandaise, et d'une année passée à Dublin il fonde en 2010, le groupe de musique irlandaise contemporaine Attby, puis crée The Curious Bards en 2015, avec lequel il explore les compositions et publications de musiques traditionnelle et savante du XVIIIe siècle en Irlande et en Écosse. Louis Capeille (Harpe baroque) Louis Capeille approche la harpe auprès de Véronique Musson-Gonneau et s’initie à la harpe baroque italienne pendant plusieurs années avec Marion Fourquier. Il entre, en 2005, à la Schola Cantorum de Bâle dans la classe de harpes anciennes de Heidrun Rosenzweig. C’est en 2010 qu’il obtient ainsi un Bachelor et un Master, tous deux avec distinctions, respectivement en harpe baroque et en basse continue. En 2012 il part suivre les enseignements de Maria Galassi et Xavier Diaz-Latorre à la ESMUC de Barcelone. Son parcours est également ponctué de master-classes avec Eugène Ferré, Gabriel Garrido, René Jacobs… Il se passionne, dès son plus jeune âge, pour les musiques traditionnelles irlandaises, mais aussi françaises. Son expérience lui a permis de se produire en Italie, Allemagne, Autriche ou Danemark auprès de diverses formations : la Compagnie Barbaroque, les Délices Françaises, A Corte Musical de Rogerio Gonçalves, Chant 1450, ou encore las Mascarinas. Au disque, il a joué sous la direction de Andrew Lawrence-King, Jean Tubéry, Xavier Diaz-Latorre et Dominique Vellard. Outre ses nombreuses activités, Louis Capeille est l’un des membres fondateurs de l’ensemble la Boz Galana.
►Set de 3 airs écossais extraits de « A collection of scots reels or country dances » (1757) The lads of Elgin The Highlandman kissed his mother The Fyket ► Since sounding drums (chanson irlandaise extraite de "Vocal magazine" de 1798) ►Highland battle (extrait de « Caledonian pocket companion » de 1750) ►Set de 3 airs irlandais Mary O'neill (Turlough O'carolan) The lads of Dunse (« Hibernian Muse » 1770) Port Patrick (« Hibernian Muse » 1770) ► Farewell (chanson écossaise extraite de "The musical miscellany" de 1786) ►Set de 2 airs avec variations Rakes of westmeath (instrumental irlandais avec variations de Thumoth Burke, 1746) Reel of Tulloch (instrumental écossais avec variations de David Young, 1734) ► Kilkenny is a handsome place (chanson irlandaise extraite de "Calliope or a musical miscellany" 1788) ► My gentle harp (chanson irlandaise avec paroles de Thomas Moore, 1798) ►Set de 3 airs irlandais/écossais (2'30) Lady Herriot Hopes (extrait de « Edinburgh repository of music ») Sir Adam Ferguson's reel (extrait de « Collection of Scots Reels, Minuets » de 1766) Bonny Lads (extrait de « 48 original irish dances » de 1795) ► King of the blind (extrait de « A collection of the most celebrated Irish tunes » de 1724) ►My harry was a gallant gay (chanson écossaise extraites de "Scottish songs" de 1794) ►Set de 2 airs irlandais John Nugent (« Hibernian Muse » 1770) Bumper Squire Jones (Turlough O'carolan) ►Set de 3 airs écossais tirés de « A collection of Strathspey, reels and jigs... » de 1797) Miss Loraine of Kirkharles Fight about the Fire side Lochailis away to France ►Lady Anne Bothwell's lamen t ( chanson écossaise extraite de "Orpheus Caledonius" de 1733)
Ilektra Platiopoulou (chant) Ilektra Platiopoulou commence l'apprentissage du chant, avec V. Tsampali au Neo Conservatory de Salonique, puis est admise à la Schola Cantorum de Bâle auprès de Rosa Dominguez et Andreas Scholl. Elle y reçoit son master de musique ancienne en 2009 puis intègre l'année suivante la classe de Marcel Boone à la Musik Akademie de Bâle afin d'approfondir sa technique vocale, et sa connaissance du répertoire lyrique. Elle est également, la même année, demi-finaliste du Concours Cesti (Innsbruck Autriche). Elle chante, en 2011, la partie de Virtu dans Le couronnement de Poppée de Claudio Monteverdi à l'Opéra National d'Athènes (dir: M. Chryssikos, mise en scène: A. Papadamaki). En 2013, elle donne un récital des Chansons Espagnoles de Manuel De Falla, avec l’Orchestre National de Bâle, puis effectue une tournée d’un mois au Japon comme soliste. L'année 2014 fut très importante pour sa jeune carrière avec notamment son premier rôle titre dans L'Enfant et les Sortilèges de Maurice Ravel (dir: R. Garza, mise en scène: Barbora Horakova-Joly) à l’Opéra National de Bâle. Cette même année elle est également sélectionnée pour interpréter le rôle de Lucilla (La Scala di Seta de Gioacchino Rossini) dans le cadre de la Résidence Rossini de l'Académie du Festival d'art lyrique d'Aix en Provence. En 2015, elle chante la partie de Marianna dans Il Signor Bruschino de Rossini (dir: Yi-Chen Lin, mise en scène : C. Desderi) à la Fondation Gulbenkian de Lisbonne. La même année, elle est sélectionnée pour participer au workshop Il viaggio a Reims de Rossini, avec le metteur en scène Stephan Grögler, à la Fondation Royaumont. Très intéressée par les liens entre la musique traditionnelle et la musique savante elle explore ces relations dans le répertoire grec de compositeurs tels que Theodorakis, Hadjidakis, et dans la musique gaélique ancienne avec l'ensemble The Curious Bards. Bruno Harlé (Flûtes) Bruno Harlé commence son parcours musical par la flûte traversière avec Thierry Boiteux et Nels Lindeblad, en région parisienne. Par la suite, il décide de se tourner vers la flûte traversière baroque et entre au CNSM de Paris dans la classe de Pierre Séchet. Il devient titulaire du DFS de Musique Ancienne du CNSMDP. A cette époque, il a la chance de découvrir de nouveaux genres de flûtes au travers du répertoire savant de la flûte du XIXe siècle, mais aussi de la musique traditionnelle irlandaise qu’il va étudier auprès de François Lazarevitch à l’Association Irlandaise de Paris. Ce parcours élargi lui offre l’occasion de participer à des concerts de La Grande Écurie dirigée par Jean- Claude Malgoire. En parallèle, il continue sa pratique de la flûte traditionnelle dans les répertoires de danses bretonnes et irlandaises, en intégrant le groupe arSkolpenn. Aujourd’hui lyonnais d’adoption, il a pu exercer sa pratique et approfondir son expérience de la musique irlandaise avec de grands noms : Kevin Crawford, Brian Finnegan ou encore Cormac Breatnach. Il enseigne à l’association « Irish flutes » de Lyon la flûte traversière irlandaise et le tin whistle (flûte traditionnelle).
« Notre premier objectif est de remettre en lumière tout un champ musical aujourd'hui oublié : la musique du XVIIIe siècle en Irlande et Écosse. Pour cela j'ai commencé, il y a 2 ans, une recherche musicologique et historique, au préalable à Dublin pendant 8 mois puis de retour en France. La diversité et la richesse des musiques que j'ai pu découvrir tout au long de ce chemin m'a conforté dans la nécessité, pour nous musiciens à double pratique traditionnelle/savante, de devoir relever le défi d'une interprétation actuelle de ces différents styles musicaux. D'autant plus que ces musiques ont, pour la plupart à l'époque, représentées une part importante d'un patrimoine culturel pas toujours évident à conserver face à l'envahisseur du moment; l'Angleterre. Notre travail consiste donc à enquêter puis à expérimenter à partir des indices présents dans ces nombreuses publications (ornements, articulations, rythmique etc...) et pour le moment ces indications nous mènent vers une interprétation très proche de ce qui se fait aujourd'hui en musique traditionnelle. L'autre motivation qui nous porte dans ce projet est bien évidemment le rapport très particulier du musicien avec la musique traditionnelle. La profondeur, la spiritualité, l'abandon de soi que l'on peut ressentir, et qui confère au musicien une musicalité d'une rare humanité. Et donc d'une rare simplicité. » Alix Boivert (directeur artistique) Sarah Van Oudenhove (Violes de gambe) Dès ses six ans, Sarah commence la viole de gambe dans la classe de Christian Sala au conservatoire de Perpignan. En 1995, elle intègre la classe de Coen Engelhard au conservatoire de Toulouse, puis en 2003 la classe de Marianne Muller au CNSMD de Lyon dont elle sortit diplômée en 2008. Elle participe a de nombreux stages ou master-classes auprès des plus grands de la musique ancienne: Jerôme Hantaï, Wieland Kuijken, Christophe Coin ou encore Jordi Savall. Aujourd’hui, elle joue et enregistre régulièrement avec des ensembles comme l'Achéron, Sonadori, La Chapelle Rhénane, Clematis, Les Traversées Baroques, Epsilon, L'ensemble Gilles Binchois, Mare Nostrum, La Capella Mediterranea, Le choeur de chambre de Namur. Parallèlement à ce parcours bien fourni, elle est passionnée par la musique traditionnelle irlandaise actuelle. Elle entreprend tout un travail de réflexion et de recherche sur l'interprétation de la musique ancienne irlandaise et écossaise à la viole, son instrument de prédilection. Cet intérêt et ce travail de longue haleine sur les musiques anciennes gaéliques l’a menée à participer professionnellement à plusieurs festivals de musique traditionnelle (Celti'cimes, Tocane...). Jean-Christophe Morel (Cistre) Natif de Bordeaux, Jean-Christophe Morel commence la musique avec le violon à l’école Pierre Rode de Robert Papavrami. Il entre au conservatoire de Bordeaux en 2001, dans la classe de Manuel Solans, où il approfondie son apprentissage du violon. Puis il entre au CNSM de Lyon en 2009 simultanément dans les classes de Marie Charvet, Claire Bernard et Nicolas Gourbeix. Les années qui suivent représentent un temps de rencontres et de découvertes pour Jean-Christophe Morel. Parallèlement à sa formation classique, il s’ouvre à plusieurs styles musicaux variés et même à d’autres instruments : guitare, mandoline, cistre etc. Très influencé par la musique traditionnelle irlandaise, ces dernières années sont marquées par une intense pratique de ce répertoire, notamment au cours de sa première année de Master où il profite d’un Erasmus à Dublin. La musique de transmission orale et la pratique de l’improvisation lui ont permis de développer une personnalité artistique unique, originale, lui permettant de comprendre et d’intégrer des musiques différentes et complémentaires à la fois. En 2015, il a entrepris avec Alix Boivert des recherche sur la facture des cistres baroques dans les îles britanniques, puis a collaboré avecFrank Tate à la construction d’une copie d’un instrument de William Gibson fabriqué en 1772, et actuellement exposé au « National Museum of Ireland », à Dublin.