Vendredi 4 novembre 2016 à 20h16

PROGRAMME

INFORMATIONS  PRATIQUES

Recevez les annonces de concerts

 WALDEN {autour du Ventoux} de Loïc Guénin Un Éco(ute) système sonore

Tarif unique 11€

Gratuit pour les enfants de moins de 15 ans

Règlement sur place

Chèque ou espèces uniquement (pas de CB)

 

Réservation indispensable

par mail de préférence : resa@lacourroie.org

ou par téléphone : 04 90 32 11 41

 

Placement libre

Concert sans entracte, durée 1h environ

 

Soupe, desserts et boissons vous sont proposés

à partir de 19h15 et à l’issue du concert

Boissons : 1€

Soupe : 3€

Desserts : 2€

 

Réserver

en cliquant ici

 Loïc Guénin composition et électroacoustique Ars Nova ensemble instrumental Philippe Nahon • direction Géraldine Keller • voix Pierre-Simon Chevry • flûte Aïda Aragoneses Aguado • harpe Alain Tresallet • alto
WALDEN Par le concept généralement établi du concert, le public est habitué à venir s’asseoir et à attendre le début de la représentation en discutant, en regardant un téléphone ou en lisant une note ou un journal. Il faut attendre l’entrée des artistes en scène pour que commence une écoute attentive. C’est-à-dire pour que le cerveau envoie à l’oreille l’ordre de porter attention aux sons. Ce positionnement prend fin lorsque l’on a fini d’applaudir, le concert étant terminé. On retourne alors à une écoute plus ciblée des choses que l’on a besoin d’entendre par nécessité, une écoute fonctionnelle du monde. En juillet 1845, dans le pays qui est en passe de devenir le plus industrialisé du monde, Henry David Thoreau s’installe seul dans les bois, au bord de l’étang de Walden (Massachussets), pendant 2 ans, 2 mois et 2 jours. C’est là qu’il commence à écrire Walden ou la vie dans les bois, véritable hymne à la nature, introspection, et pamphlet contre la civilisation occidentale. En suivant la posture de Thoreau, Loïc Guénin se place en « voyageur immobile » dans différents lieux patrimoniaux remarquables (Château de Ranrouet à Herbignac, Abbaye de Noirlac, Domaine de la Vergne à Alloue - Maison du comédien Maria Casarès, Abbaye de Royaumont) pour nous proposer une expérience d’écoute singulière, une immersion auditive et musicale au cœur d’un lieu. Sur chaque site, le compositeur collecte, croque, photographie et enregistre les architectures formelles, sociales et sonores des lieux avant d’écrire ses ‘tableaux graphiques’, supports à l’interprétation des musiciens mais aussi à l’électronique joué en temps réel. Invité à s’installer confortablement dans le lieu, le public plonge au cœur d’une expérience sensorielle en trois étapes. Accompagné par le compositeur, le concert commence par un moment de silence et d’écoute du lieu. La création s’annonce ensuite petit à petit, interférant délicatement avec l’espace naturel. Instruments et électronique prennent alors le dessus pour nous donner à entendre une partition graphique, coexistant avec les sons naturels qui continuent malgré tout à exister par eux-mêmes. Une dernière phase nous ramène progressivement vers l'écoute naturelle du lieu, en désactivant peu à peu les sons amplifiés jusqu'à ce que tout soit débranché… A l’heure où notre espace sonore est envahi, rempli par un design sonore international, les sons fabriqués habitent nos espaces les plus intimes. Si nous entendons le monde, nous ne l’écoutons que très rarement. Loïc Guénin nous invite à un véritable ré-apprentissage de l’écoute, à une redécouverte de notre environnement… Une expérience musicale qui a tout son sens, à une période où grandes questions climatiques et conscience environnementale doivent être au cœur de nos préoccupations et trouvent à l’automne un espace de réflexion internationale aux enjeux singulièrement déterminants… Loïc Guenin Né en 1976, à Noisy le Grand (93), il grandit dans la ferme familiale berrichonne. De 1980 à 2000, il suit des études classiques de piano, de chant, de solfège, d’harmonie et de composition en écoles de musique et au conservatoire de Tours. De 1996 à 2000, il suit un cursus Jazz et musiques improvisées à l’école de Jazz à Tours ainsi qu’ un cursus universitaire en musicologie, spécialisation ethno-musicologie et musiques contemporaines à la faculté François Rabelais de Tours. A partir de 1999, il développe un travail sur les percussions et les objets sonores centré sur l’expérimentation, l’improvisation et la matière acoustique. Pendant 14 ans, il enseigne en collège et en lycée en multipliant les projets pédagogiques innovants centrés sur la création et l’expérimentation et cherche à transformer l’établissement scolaire en un véritable laboratoire pédagogique centré sur les arts. En 2005, il obtient une certification complémentaire en Histoire de l’Art. Il fonde le collectif d’artistes Le Phare à Lucioles, à Villes sur Auzon et débute un travail de création, production et diffusion de spectacles vivants et contemporains sur son territoire et au-delà. Depuis lors, il participe activement en tant que compositeur, musicien et improvisateur à de nombreuses rencontres et joue régulièrement avec des artistes qui mêlent musique improvisée acoustique et électroacoustique, art performance, vidéo... En 2008, il met en place avec le collectif Le Phare à Lucioles, le festival Sons Dessus de Sault vitrine de la création artistique contemporaine. En 2009, il commence un travail sur l’œuvre du compositeur et artiste protéiforme John Cage avec le percussionniste Lê Quan Ninh avec qui il continue de collaborer régulièrement pour différents projets. En 2010, il crée la première classe Musique et Arts Contemporains au Collège de Sault, visant à développer la pratique et la rencontre avec des artistes au sein de l’institution scolaire. En 2012, il fonde avec le saxophoniste Lionel Garcin et la contrebassiste Amanda Gardone, l’ensemble Klank. A mi chemin entre improvisation et écriture contemporaine, cet ensemble cherche à créer une musique traditionnelle du XXIème Siècle et travaille sur les architectures sonores des lieux investis. Depuis plus de dix ans, son parcours lui a permis de travailler avec de nombreux artistes et ensembles en multipliant les projets et les plateaux : Jean Aussanaire, Camille Secheppet, Lionel Garcin, Daniel Malavergne, Alfred Spirli, Etienne Roche, Bernard Santacruz, Lê Quan Ninh, Geraldine Keller, Guigou Chenevier, Joris Rühl, Melc, Mazalda, Rosette, le Grotorkèstre, l’ensemble ]h[iatus, etc... Son approche mêle sans cesse recherche et expérimentation, innovation et pédagogie, enseignement et performance. Ars Nova ensemble instrumental Placé sous la direction de Philippe Nahon, l’ensemble Ars Nova est aujourd’hui considérécomme un des plus ardents défenseurs du pluralisme esthétique dans la création musicale contemporaine. Composé de 18 musiciens de talent, il s’attache à favoriser la rencontre et l’échange tant entre artistes qu’entre artistes et publics, et poursuit sans relâche un double objectif : créer et transmettre. Au travers d’une politique de commandes audacieuse, l’ensemble Ars Nova privilégie les collaborations étroites et de long terme avec des compositeurs d’esthétiques très diverses (Georges Aperghis, Luciano Berio, Bernard Cavanna, Pascal Dusapin, Luc Ferrari, Zad Moultaka…). Avec près de 40 concerts par an, des productions d’opéra et des spectacles pluridisciplinaires, il se produit en France et à l’étranger, sur les grandes scènes nationales et dans les principaux festivals dédiés au répertoire contemporain et à la création. Il met en place autour de ses spectacles des activités de sensibilisation et des ateliers pédagogiques afin de faciliter la rencontre entre le public et les œuvres d’aujourd’hui. Ars Nova ensemble instrumental est en résidence dans la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes et à Poitiers, artiste associé au TAP Théâtre Auditorium de Poitiers. Ses activités sont subventionnées par la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, le ministère de la Culture et de la Communication (DRAC d'Aquitaine Limousin Poitou-Charentes), la Ville de Poitiers et reçoivent le soutien de la Sacem et de la Spedidam. Philippe Nahon Philippe Nahon est né en 1946 à Paris. Après des études d’art et de piano, encouragé par ses professeurs, Philippe Nahon se dirige vers la direction d’orchestre. Il étudie avec Louis Fourestier, Jean-Sébastien Béreau, Pierre Dervaux, Roberto Benzi, suit un stage avec Herbert Von Karajan. A vingt-huit ans, il apprend que Marius Constant, qui a créé l’Ensemble Ars Nova, cherche un assistant. Commence alors une période d’enthousiasmantes découvertes de la création musicale contemporaine, du jazz et de l’improvisation, des happenings et du théâtre expérimental. Période au cours de laquelle il rencontre Peter Brook qui l’engagera définitivement sur la voie de l’exploration des infinies possibilités créatives qui peuvent s’inventer entre la musique d’aujourd’hui et le théâtre, la danse, le cirque... Après une période de transition avec Marius Constant, Philippe Nahon devient, en 1987, directeur musical de l’ensemble Ars Nova. Passionné par son temps, on ne compte plus les œuvres qu’il a créées avec les auteurs qu’il aime. Propulsé par différents moteurs (« rencontrer », « surprendre », « transmettre »), Philippe Nahon n’a de cesse de travailler à la découverte des artistes, à la diffusion de leurs œuvres et à leur rencontre avec le public. Du théâtre musical à l’opéra en passant par la mise en scène de concert, il s’attache toujours à proposer la musique et le geste musical comme un acte théâtral. Lorsqu’il quitte la scène, Philippe Nahon aime à parcourir les routes de France et, particulièrement, celles de la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes pour transmettre au plus grand nombre sa passion pour la musique d’aujourd’hui et partager sa connaissance des répertoires et de la direction d’orchestre. Production : Le Phare à Lucioles www.pharealucioles.org www.loicguenin.com Coproduction : Ars Nova ensemble instrumental
 Avec le soutien de DRAC PACA Abbaye de Noirlac – centre culturel de rencontre GMEM, Centre national de création musicale de Marseille Le Phare à Lucioles est une structure dédiée à la création artistique contemporaine. Ses activités sont subventionnées par la Région PACA, le ministère de la Culture et de la Communication (DRAC PACA), le département de Vaucluse, la Ville de Sault et reçoivent le soutien de la Sacem.
Vendredi 4 novembre 2016 à 20h16
 WALDEN {autour du Ventoux} de Loïc Guénin Un Éco(ute) système sonore
 Loïc Guénin composition et électroacoustique Ars Nova ensemble instrumental Philippe Nahon • direction Géraldine Keller • voix Pierre-Simon Chevry • flûte Aïda Aragoneses Aguado • harpe Alain Tresallet • alto
WALDEN Par le concept généralement établi du concert, le public est habitué à venir s’asseoir et à attendre le début de la représentation en discutant, en regardant un téléphone ou en lisant une note ou un journal. Il faut attendre l’entrée des artistes en scène pour que commence une écoute attentive. C’est-à-dire pour que le cerveau envoie à l’oreille l’ordre de porter attention aux sons. Ce positionnement prend fin lorsque l’on a fini d’applaudir, le concert étant terminé. On retourne alors à une écoute plus ciblée des choses que l’on a besoin d’entendre par nécessité, une écoute fonctionnelle du monde. En juillet 1845, dans le pays qui est en passe de devenir le plus industrialisé du monde, Henry David Thoreau s’installe seul dans les bois, au bord de l’étang de Walden (Massachussets), pendant 2 ans, 2 mois et 2 jours. C’est là qu’il commence à écrire Walden ou la vie dans les bois, véritable hymne à la nature, introspection, et pamphlet contre la civilisation occidentale. En suivant la posture de Thoreau, Loïc Guénin se place en « voyageur immobile » dans différents lieux patrimoniaux remarquables (Château de Ranrouet à Herbignac, Abbaye de Noirlac, Domaine de la Vergne à Alloue - Maison du comédien Maria Casarès, Abbaye de Royaumont) pour nous proposer une expérience d’écoute singulière, une immersion auditive et musicale au cœur d’un lieu. Sur chaque site, le compositeur collecte, croque, photographie et enregistre les architectures formelles, sociales et sonores des lieux avant d’écrire ses ‘tableaux graphiques’, supports à l’interprétation des musiciens mais aussi à l’électronique joué en temps réel. Invité à s’installer confortablement dans le lieu, le public plonge au cœur d’une expérience sensorielle en trois étapes. Accompagné par le compositeur, le concert commence par un moment de silence et d’écoute du lieu. La création s’annonce ensuite petit à petit, interférant délicatement avec l’espace naturel. Instruments et électronique prennent alors le dessus pour nous donner à entendre une partition graphique, coexistant avec les sons naturels qui continuent malgré tout à exister par eux-mêmes. Une dernière phase nous ramène progressivement vers l'écoute naturelle du lieu, en désactivant peu à peu les sons amplifiés jusqu'à ce que tout soit débranché… A l’heure où notre espace sonore est envahi, rempli par un design sonore international, les sons fabriqués habitent nos espaces les plus intimes. Si nous entendons le monde, nous ne l’écoutons que très rarement. Loïc Guénin nous invite à un véritable ré-apprentissage de l’écoute, à une redécouverte de notre environnement… Une expérience musicale qui a tout son sens, à une période où grandes questions climatiques et conscience environnementale doivent être au cœur de nos préoccupations et trouvent à l’automne un espace de réflexion internationale aux enjeux singulièrement déterminants… Loïc Guenin Né en 1976, à Noisy le Grand (93), il grandit dans la ferme familiale berrichonne. De 1980 à 2000, il suit des études classiques de piano, de chant, de solfège, d’harmonie et de composition en écoles de musique et au conservatoire de Tours. De 1996 à 2000, il suit un cursus Jazz et musiques improvisées à l’école de Jazz à Tours ainsi qu’ un cursus universitaire en musicologie, spécialisation ethno-musicologie et musiques contemporaines à la faculté François Rabelais de Tours. A partir de 1999, il développe un travail sur les percussions et les objets sonores centré sur l’expérimentation, l’improvisation et la matière acoustique. Pendant 14 ans, il enseigne en collège et en lycée en multipliant les projets pédagogiques innovants centrés sur la création et l’expérimentation et cherche à transformer l’établissement scolaire en un véritable laboratoire pédagogique centré sur les arts. En 2005, il obtient une certification complémentaire en Histoire de l’Art. Il fonde le collectif d’artistes Le Phare à Lucioles, à Villes sur Auzon et débute un travail de création, production et diffusion de spectacles vivants et contemporains sur son territoire et au-delà. Depuis lors, il participe activement en tant que compositeur, musicien et improvisateur à de nombreuses rencontres et joue régulièrement avec des artistes qui mêlent musique improvisée acoustique et électroacoustique, art performance, vidéo... En 2008, il met en place avec le collectif Le Phare à Lucioles, le festival Sons Dessus de Sault vitrine de la création artistique contemporaine. En 2009, il commence un travail sur l’œuvre du compositeur et artiste protéiforme John Cage avec le percussionniste Lê Quan Ninh avec qui il continue de collaborer régulièrement pour différents projets. En 2010, il crée la première classe Musique et Arts Contemporains au Collège de Sault, visant à développer la pratique et la rencontre avec des artistes au sein de l’institution scolaire. En 2012, il fonde avec le saxophoniste Lionel Garcin et la contrebassiste Amanda Gardone, l’ensemble Klank. A mi chemin entre improvisation et écriture contemporaine, cet ensemble cherche à créer une musique traditionnelle du XXIème Siècle et travaille sur les architectures sonores des lieux investis. Depuis plus de dix ans, son parcours lui a permis de travailler avec de nombreux artistes et ensembles en multipliant les projets et les plateaux : Jean Aussanaire, Camille Secheppet, Lionel Garcin, Daniel Malavergne, Alfred Spirli, Etienne Roche, Bernard Santacruz, Lê Quan Ninh, Geraldine Keller, Guigou Chenevier, Joris Rühl, Melc, Mazalda, Rosette, le Grotorkèstre, l’ensemble ]h[iatus, etc... Son approche mêle sans cesse recherche et expérimentation, innovation et pédagogie, enseignement et performance. Ars Nova ensemble instrumental Placé sous la direction de Philippe Nahon, l’ensemble Ars Nova est aujourd’hui considérécomme un des plus ardents défenseurs du pluralisme esthétique dans la création musicale contemporaine. Composé de 18 musiciens de talent, il s’attache à favoriser la rencontre et l’échange tant entre artistes qu’entre artistes et publics, et poursuit sans relâche un double objectif : créer et transmettre. Au travers d’une politique de commandes audacieuse, l’ensemble Ars Nova privilégie les collaborations étroites et de long terme avec des compositeurs d’esthétiques très diverses (Georges Aperghis, Luciano Berio, Bernard Cavanna, Pascal Dusapin, Luc Ferrari, Zad Moultaka…). Avec près de 40 concerts par an, des productions d’opéra et des spectacles pluridisciplinaires, il se produit en France et à l’étranger, sur les grandes scènes nationales et dans les principaux festivals dédiés au répertoire contemporain et à la création. Il met en place autour de ses spectacles des activités de sensibilisation et des ateliers pédagogiques afin de faciliter la rencontre entre le public et les œuvres d’aujourd’hui. Ars Nova ensemble instrumental est en résidence dans la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes et à Poitiers, artiste associé au TAP Théâtre Auditorium de Poitiers. Ses activités sont subventionnées par la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, le ministère de la Culture et de la Communication (DRAC d'Aquitaine Limousin Poitou-Charentes), la Ville de Poitiers et reçoivent le soutien de la Sacem et de la Spedidam. Philippe Nahon Philippe Nahon est né en 1946 à Paris. Après des études d’art et de piano, encouragé par ses professeurs, Philippe Nahon se dirige vers la direction d’orchestre. Il étudie avec Louis Fourestier, Jean-Sébastien Béreau, Pierre Dervaux, Roberto Benzi, suit un stage avec Herbert Von Karajan. A vingt-huit ans, il apprend que Marius Constant, qui a créé l’Ensemble Ars Nova, cherche un assistant. Commence alors une période d’enthousiasmantes découvertes de la création musicale contemporaine, du jazz et de l’improvisation, des happenings et du théâtre expérimental. Période au cours de laquelle il rencontre Peter Brook qui l’engagera définitivement sur la voie de l’exploration des infinies possibilités créatives qui peuvent s’inventer entre la musique d’aujourd’hui et le théâtre, la danse, le cirque... Après une période de transition avec Marius Constant, Philippe Nahon devient, en 1987, directeur musical de l’ensemble Ars Nova. Passionné par son temps, on ne compte plus les œuvres qu’il a créées avec les auteurs qu’il aime. Propulsé par différents moteurs (« rencontrer », « surprendre », « transmettre »), Philippe Nahon n’a de cesse de travailler à la découverte des artistes, à la diffusion de leurs œuvres et à leur rencontre avec le public. Du théâtre musical à l’opéra en passant par la mise en scène de concert, il s’attache toujours à proposer la musique et le geste musical comme un acte théâtral. Lorsqu’il quitte la scène, Philippe Nahon aime à parcourir les routes de France et, particulièrement, celles de la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes pour transmettre au plus grand nombre sa passion pour la musique d’aujourd’hui et partager sa connaissance des répertoires et de la direction d’orchestre. Production : Le Phare à Lucioles www.pharealucioles.org www.loicguenin.com Coproduction : Ars Nova ensemble instrumental
 Avec le soutien de DRAC PACA Abbaye de Noirlac – centre culturel de rencontre GMEM, Centre national de création musicale de Marseille Le Phare à Lucioles est une structure dédiée à la création artistique contemporaine. Ses activités sont subventionnées par la Région PACA, le ministère de la Culture et de la Communication (DRAC PACA), le département de Vaucluse, la Ville de Sault et reçoivent le soutien de la Sacem.