PROGRAMME

INFORMATIONS  PRATIQUES

Recevez les annonces de concerts

Mardi 17 et mercredi 18 janvier

2017 à 20h17

Wolfgang Amadeus Mozart

1756-1791

 

• Duo 1 Les duos sont extraits de 12 Duos pour 2 cors de basset KV 487 (1786)

• Fantaisie en Ré mineur

pour piano KV 397  (1789-91?)

• Duos 4 - 2 - 3

• 6 Variations sur « au bord d’une fontaine »

pour violon et piano KV 360  (1781)

• Duo 8

• « Non più di fiori »

extrait de La clémence de Titus KV 621 (1791)

• Duos 5 - 7 - 12

• Kegelstatt Trio (Trio des Quilles)

pour clarinette, alto et piano KV 498  (1786)

  •  Andante
  •  Menuetto - Trio
  •  Rondeaux  Allegretto

Tarif unique 11€

Gratuit pour les enfants de moins de 15 ans

Règlement sur place

Chèque ou espèces uniquement

 

Réservation indispensable

par mail de préférence : resa@lacourroie.org

ou par téléphone : 04 90 32 11 41

 

Placement libre

Concert sans entracte, durée 1h environ

 

Soupe, desserts et boissons vous sont proposés

à partir de 19h15 et à l’issue du concert

Boissons : 1€

Soupe : 3€

Desserts : 2€

 

Réserver en cliquant ici

 

Trio des quilles

et autres jeux mozartiens

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fanny Paccoud • violon et alto

Mathieu Steffanus • clarinette et cor de basset

Michel Gaechter • pianoforte

De nombreux jeux permettant de composer des pièces musicales de façon aléatoire ont été publiées au XVIIIe siècle. Au-delà de leur aspect ludique, ces créations rejoignaient les grands courants rationalistes et encyclopédiques de l’époque, annonçant la musique contemporaine occidentale.

Anton Paul Stadler, joueur de cor de basset et clarinettiste, était un ami et camarade de fêtes de Mozart. Réputé à l’époque pour être un virtuose du cor de basset, Mozart composa d’ailleurs pour lui plusieurs œuvres. Il semble que les deux musiciens aient pris beaucoup de plaisir à créer des jeux musicaux qui tiendraient de nos jours de la composition algorithmique. On connait la partition de Mozart consistant en une série de petits fragments et un tableau permettant, suite à un jet de dés, de « composer » une musique aléatoire.

C’est encore au cours d’un après-midi entre amis que Mozart « inventa » la combinaison instrumentale, piano, alto et clarinette, autour d’un jeu de quilles. Évocation d’un des loisirs préférés de Wolfgang enfant, la partition du Trio des quilles écrit une page radieuse et d’une tendresse inégalée dans l’œuvre du compositeur.

Hormis la beauté des œuvres, l’interêt de ce programme réside dans l’utilisation d’instruments anciens : pianoforte, mais aussi violon et alto avec cordes en boyau, et une clarinette ancienne qui alterne avec le cor de basset. (extrait du programme du Petit Festival 2016)

Fanny Paccoud • violon et alto

Diplômée du conservatoire de Strasbourg, Fanny Paccoud s'oriente d'abord vers la musique de chambre et la création. Depuis 1999, elle forme un duo avec le pianiste Michel Gaechter, explorant un riche répertoire allant de Mozart à Schoenberg. Elle participe à plusieurs créations et enregistrements, dont Forever Valley de Gérard Pesson, Momo de Pascal Dusapin, Ai confini dell’ oscurità de Claudio Gabriele, Veillée, et le Petit Chaperon Rouge de Georges Aperghis … On la retrouve aussi parfois aux côtés de musiciens de jazz et improvisateurs.

Si la musique de chambre et la musique contemporaine occupent une grande part de son activité, Fanny Paccoud n’en exclut pas pour autant une recherche approfondie de l’interprétation de la musique ancienne sur instruments d’époque. Elle est membre, en tant que violoniste et altiste, du Concert Spirituel (H. Niquet), de l’Ensemble Amarillis, des English Baroque Soloists (J.E. Gardiner), du Concert Brisé (W. Dongois), de Pygmalion (R. Pichon), des Ambassadeurs (A. Kossenko)...  avec lesquels elle parcourt le monde, et effectue de nombreux enregistrements.

En 2002, elle fonde avec la violoniste Alice Piérot et la violoncelliste Elena Andreyev, le Trio à cordes Anpapié, qui se consacre tout particulièrement au répertoire dit Classique. (Enregistrement en 2011 des trios de Hyacinthe Jadin pour le label La Courroie).

Michel Gaechter • pianoforte

Michel Gaechter, né à Mulhouse, poursuit ses études au CNSM de Paris où il approfondit, grâce à Germaine Mounier, sa compréhension de l'œuvre de Chopin. Il y obtient les premiers prix de piano, harmonie, contrepoint et fugue. Intéressé par l'école russe de piano, il se perfectionne auprès de Vitaly Margulis à la Musikhochschule de Fribourg en Allemagne. En 1984 il est lauréat du Concours International Liszt/Mario Zanfi de Parme.

La seconde école de Vienne (Schönberg, Webern, Berg) constitue pour lui un centre d'intérêt essentiel. Dans ce domaine, deux aboutissements de son travail sur Schönberg ont été salués par la critique : tout d'abord un enregistrement de l’intégrale de l'œuvre pour piano (1999, label Tamino), ensuite la réalisation, puis l'enregistrement d'une transcription pianistique du sextuor à cordes Verklärte Nacht (Nuit transfigurée - 2002, label Tamino). La partition de cette transcription, publiée sous forme de fac-similé chez l'éditeur Richard Birnbach, a su retenir l'intérêt du Arnold Schoenberg Center de Vienne. Par ailleurs, le renouveau de l'interprétation de la musique ancienne et la pratique sur instruments historiques le marquent profondément et influencent de façon décisive sa lecture de l'ensemble du répertoire.

Michel Gaechter enseigne le piano et le pianoforte au Conservatoire et à l'Académie Supérieure de musique de Strasbourg.

Il se produit volontiers sur instruments historiques comme sur instruments modernes, en solo ou (entre autre) avec la complicité de la violoniste Fanny Paccoud. Sa rencontre avec le Quatuor Barbaroque (bandonéon, tympanon, orgue de barbarie et contrebasse) a été une aventure extrêmement enrichissante, qui s'est illustrée par quelques concerts autour du Concerto en mi de Chopin dans une incroyable transcription de la partie d'orchestre par les musiciens de cet ensemble.

En 2010, année du bicentenaire des naissances de Chopin et Schumann,

Michel Gaechter a été l'hôte de La Courroie pour un cycle de six concerts, mêlant œuvres pour piano seul et musique de chambre.

Mathieu Steffanus • clarinette

Après avoir étudié avec Armand Angster et Michel Arrignon (CNSM de Paris), Mathieu Steffanus prend part à l'Orchestre des Jeunes de l'Union Européenne (Sir Colin Davis), puis joue régulièrement avec des orchestres tels que le Mahler Chamber Orchestra (gravure des concertos pour violon de Stravinsky et de Berg, Claudio Abbado, Deutsche Grammophon), le Chamber Orchestra of Europe, l'Orchestre Symphonique de la BBC Londres, Orchestre Philharmonique de Rotterdam, l'Orchestre National de l'Opéra de Paris ou le Geneva Camerata.

Intéressé par la pratique des instruments historiques, il se produit notamment avec La Chambre Philharmonique, Les Siècles, et joue au sein du trio de cors de basset "Von Vittorelli".

Membre fondateur de l'ensemble l'Instant Donné, dédié à la création contemporaine, il crée de nombreuses œuvres en musique de chambre et en soliste (Gérard Pesson, Stefano Gervasoni, Daniel D'Adamo...).

Il crée d'autre part plusieurs spectacles de Georges Aperghis, dont Le Petit Chaperon Rouge avec l'ensemble Reflex (joué plus de 150 fois en Europe), et participe également au spectacle" les Boulingrins" avec le Klangforum Wien.

Lors du Festival d'Automne à Paris 2011, il joue avec le quatuor Arditti une œuvre du compositeur Mexicain Jorge Torres Saenz.

Titulaire du Certificat d'Aptitude, Mathieu Steffanus enseigne la clarinette au CRD de Bobigny.