PROGRAMME

 

Consort Songs

 

Musiques anglaises du XVIIème siècle

 

D’un monde à un autre, l’Angleterre du XVIIe siècle renverse sans cesse le jeu : la monarchie, le protectorat de Cromwell, la restauration ponctuent la vie politique mouvementée et les arts suivent (ou devancent) ces bouleversements. Le XVIIe aura probablement été le grand siècle de la musique anglaise, sans qu’on en connaisse pourtant tellement plus que celle de Purcell aujourd’hui. Ce récital en scène, ponctué d’invités musiciens, trace la glorieuse tradition de la Chanson britannique, en constante invention, protéiforme, sous influences française et italienne. Dans cette diversité d’airs, se côtoient comme dans un laboratoire des grands musiciens de ce temps passé, de douces lamentations empreintes d’une mélancolie infinie, les premiers essais de récitatifs à l’italienne, des scènes de théâtre digne de Shakespeare, des visions durant quelques secondes, d’autres airs tout droit sortis d’un songe, mais aussi la sensualité, l’opulence et la réjouissance…

INFORMATIONS  PRATIQUES

Recevez les annonces de concerts

Tarif unique 11€

Gratuit pour les enfants de moins de 15 ans

Règlement sur place

Chèque ou espèces uniquement

 

Réservation indispensable

par mail de préférence : resa@lacourroie.org

ou par téléphone : 04 90 32 11 41

 

Placement libre

Concert sans entracte, durée 1h environ

 

Soupe, desserts et boissons vous sont proposés

à partir de 19h15 et à l’issue du concert

Boissons : 1€

Soupe : 3€

Desserts : 2€

 

Réserver

en cliquant ici

Vendredi 7 juillet 2017 à 20h17

 

 

Lucile Richardot • bas-dessus

 

Ensemble Correspondances

Sébastien Daucé • orgue et direction

 

 

Élodie FONNARD • Dessus

Caroline WEYNANTS • Dessus

Davy CORNILLOT • Taille

René RAMOS • Taille

Nicolas BROOYMANS • Basse

 

Lucile BOULANGER • Viole

Juliette PERRET • Flûte

Alice JULIEN-LAFÉRRIÈRE • Violon

Béatrice LINON • Violon

Étienne FLOUTIER • Viole

Mathilde VIALLE • Viole

Angélique MAUILLON • Harpe

Thibaut ROUSSEL • Luth

Diego SALAMANCA • Luth

Arnaud DE PASQUALE • Clavecin

COMPLET

Ensemble Correspondances

Fondé à Lyon en 2009, Correspondances réunit sous la direction du claveciniste et organiste Sébastien Daucé une troupe de chanteurs et d’instrumentistes, tous spécialistes de la musique du Grand Siècle. En quelques années d’existence, Correspondances est devenu une référence dans le répertoire de la musique française du XVIIè siècle. Sous les auspices des correspondances baudelairiennes, l’ensemble donne aussi bien à entendre une musique aux sonorités qui touchent directement l’auditeur d’aujourd'hui qu’à voir des formes plus originales et rares tels l’oratorio ou le ballet de cour portés à la scène.

L’attachement de l’ensemble autant à faire revivre des compositeurs à la renommée déjà confirmée qu’à revivifier l’image de musiciens peu connus aujourd’hui mais joués et plébiscités en leur temps a donné naissance à huit disques salués par la critique : Chocs de Classica, ffff de Télérama, Diapasons d’Or, Echo Preis du World Premiere Recording of the Year 2016, Editor’s Choice de Gramophone, Opera Recording of the Year 2016 pour Limelight Magazine, Prix Charles Cros… Tous ces enregistrements témoignent des fondamentaux de l’ensemble et de l’esprit de découverte qui y prévaut : avec Marc-Antoine Charpentier pour O Maria ! (2010), les Litanies de la Vierge (2013) ou le dernier paru Pastorale de Noël et O de l’Avent (octobre 2016), Antoine Boësset (L’Archange et le Lys, 2011), Etienne Moulinié avec Meslanges pour la Chapelle d’un Prince (2015), Henry du Mont dans O Mysterium (2016) ou encore Michel-Richard de Lalande et ses Leçons de Ténèbres avec Sophie Karthäuser (2015).

Fruit d’un travail de recherche de trois ans, la sortie exceptionnelle du Concert royal de la Nuit (2015) a permis de redécouvrir un moment musical majeur du XVIIè siècle jusqu’alors inouï qui inaugura le règne du Roi Soleil.

Correspondances est en résidence au Théâtre de Caen. Il est ensemble associé au CCR d’Ambronay, à la MC2 Grenoble et à La Chapelle de la Trinité avec le soutien de la Ville de Lyon. La Caisse des Dépôts et Mécénat Musical Société Générale sont grands mécènes de l’ensemble Correspondances. L’ensemble reçoit également le soutien de la Fondation Bullukian. Il est aidé par le Ministère de la Culture (DRAC Rhône-Alpes), la Région Auvergne-Rhône-Alpes et la Ville de Lyon. Il reçoit régulièrement le soutien de l’Adami, de la Spedidam et du FCM pour ses activités de concert et discographiques.

Sébastien Daucé

C’est pendant sa formation au département de musique ancienne du CNSM de Lyon qu’il rencontre les futurs membres de Correspondances. Il y bénéficie notamment de l’enseignement de Françoise Lengellé et d’Yves Reschteiner, en clavecin et basse continue. Sollicité comme continuiste, il joue sous la direction de Gabriel Garrido (Ensemble Elyma et Académie Baroque d’Ambronay), Raphaël Pichon (Ensemble Pygmalion), Toni Ramon (Maîtrise de Radio France), Françoise Lasserre (Akademia), Geoffroy Jourdain (Les Cris de Paris), Harmut Henschen, Mikko Franck (Orchestre Philarmonique de Radio France). Chef de chant aux côtés de Kenneth Weiss lors des académies 2006 et 2007 du festival d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence, il travaille également aux côtés d’Emmanuel Mandrin à l’Abbaye aux Dames de Saintes.

C’est en 2008 qu’il fonde Correspondances, réunissant auprès de lui chanteurs et instrumentistes épris du répertoire français sacré du Grand Siècle. Avec l’ensemble, qu’il dirige depuis le clavecin ou l’orgue, il parcourt la France et le monde, joue pour la radio et dans de prestigieux festivals (Ambronay, Pontoise, Sablé, Saintes, Utrecht), et effectue des tournées au Japon et en Colombie.

Son exploration d’un répertoire peu joué, souvent inédit, aboutit à trois enregistrements avec Correspondances, salués par la critique : Diapason d’or, un ffff de Télérama, et un Choc de l’année de Classica, **** de fonoforum, IRR Outstanding.

1 Robert JOHNSON  1583-1633

Care charming sleep

2 Giovanni COPERARIO  1570-1626

Go happy man

3 Martin PEERSON 1571-1651

O precious time

4 William LAWES 1602-1645

Whiles I standing lake

5 John JENKINS1592-1678

Belle Pavane

6 Robert RAMSEY 1590-1644

What tears, dear Prince can serve

7 William LAWES

Music the master of thy art is dead

8 Nicholas LANIER 1588-1666

Nomore shall meads be deck'd with flowers

9 John JENKINS

Cease not, thou heavenly voiced glorious creature

10 Robert RAMSEY

Go perjured man

11 John JENKINS

Pavane en Fa

12 Robert RAMSEY

Howl not, you ghosts and furies, while I sing

13 John BANISTER 1624-1679

Give me my lute

14 Henry LAWES 1585-1662

Speak, at least reply

15 William LAWES

Britannia Triumphans, Final of King's Masque

16 William WEBB 1600-1657

Powerful morpheus

17 John BANISTER 1624-1679

Amintas

18 John JACKSON 1688

Philis Oh ! Turn

19 Matthew LOCKE 1621-1677

The despondent Lover's song : divinest siren

20 John HILTON 1599-1657

Rise princely (Le Jugement de Paris)

21 Henry PURCELL (en option) 1659-1695

I Take no pleasure

22 George JEFFREYS  1610-1685

Pastorella

23 John BLOW 1649-1708

Loving above himself : "Poor celadon"

Epilogue : Sing sing Ye Muses

 

Lucile Richardot

Formée à la Maîtrise de Notre-Dame de Paris, puis au CRR de Paris en musique ancienne, elle fonde en 2012 son ensemble, Tictactus, avec deux amis théorbistes. Voix et personnalité dramatique très recherchée dans le répertoire médiéval jusqu’au contemporain, elle chante régulièrement avec les Solistes XXI (Rachid Safir), Correspondances (Sébastien Daucé), Pygmalion (Raphaël Pichon), l’Ensemble grégorien de Notre-Dame (Sylvain Dieudonné), Le Concert Etranger (Itay Jedlin) et avec les Arts Florissants pour l’intégrale des madrigaux de Monteverdi dirigée par Paul Agnew.

Elle s’est produite avec Gérard Lesne, Patrick Cohën-Akénine, Peter van Heyghen et Les Muffatti, Ophélie Gaillard et Pulcinella, Le Poème Harmonique, Les Paladins, l’Ensemble Intercontemporain, Simon-Pierre Bestion et La Tempête, Marco Horvat et Faenza, et fréquente depuis 2007 les plus grandes scènes européennes pour des opéras baroques (Cadmus et Hermione de Lully, Idoménée de Mozart, L’Egisto de Mazzocchi et Marazzoli, Dido and Aeneas de Purcell, Orfeo de Rossi, Les Funérailles de la Foire de Lesage et Fuzelier…) et contemporains (Yvonne, Princesse de Bourgogne de Boesmans, The Rake’s Progress de Stravinsky, Wüstenbuch de Beat Furrer…). L’année 2017 est placée sous un double patronage italien de maîtres de l’opéra, d’abord avec Collegium 1704 (Vaclav Luks), pour le rôle de Lisea dans l’opéra Arsilda de Vivaldi, de Bratislava à Luxembourg, en passant par Caen, Lille, Versailles... Puis elle fait ses débuts avec le Monteverdi Choir (Sir John Eliot Gardiner) pour sa tournée mondiale des trois opéras de Monteverdi, en incarnant tour-à-tour Penelope, la Messaggiera ou Arnalta. C’est à Beaune qu’elle collabore pour la première fois avec Les Accents de Thibault Noally, pour le Mitridate de Scarlatti où elle incarne Antigono, avant de prendre part à l’aventure scénique, à l’automne 2017, du Ballet Royal de la Nuict avec Correspondances.

 

À PROPOS DE LUCILE RICHARDOT

Frankfurter Allgemeine Zeitung

« Fantastique, unique, remarquable : la voix de Lucile Richardot est d’une exceptionnelle rareté. Elle passe sans effort de sublimes graves empruntés à un baryton aux aigus précis d’une alto. Son ambitus est celui d’une clarinette, sa voix est tour à tour celle d’un homme et celle d’une femme. Alors qu’elle se tient dans cette Abbaye de Saintes, Richardot nous envoûte de sa voix déconcertante. »