Les Nations

François Couperin 1668-1733

Mercredi 19 septembre à 20h18

"La Françoise"

"La Piémontoise"

Jeudi 20 septembre à 20h18

"L'Espagnole"

"L'Impériale"

Jean-Luc Ho • clavecin et direction artistique

Aurélien Delage • clavecin et traverso

Olivier Riehl • traverso

Alice Piérot • violon

Bérengère Maillard • violon

Neven Lesage • hautbois

Alejandro Perez Marin • basson

Nima Ben David • viole de gambe

Les Nations

Quatre Sonades éditées en 1726

issues de sonates da chiesa éditées en 1692 assorties de suites de danses en 1715

L’Impériale (1725), L’Espagnole (issue de La Visionnaire 1692)

La Françoise (issue de La Pucelle 1692), La Piémontoise (issue de l’Astrée 1692)

INFOS PRATIQUES

 

Tarif unique 11€

Gratuit pour les enfants de moins de 15 ans

Règlement sur place (Attention, pas de CB !)

 

Réservation indispensable

par mail de préférence : resa@lacourroie.org

ou par téléphone : 04 90 32 11 41

 

Placement libre

Concert sans entracte, durée 1h15 environ

 

Soupe, desserts et boissons vous sont proposés

à partir de 19h15 et à l’issue du concert

Boissons : 1€

Soupe : 3€

Desserts : 2€

Après la mort de Lully, le besoin d’un genre nouveau se faisait sentir : la musique de chambre, éclipsée par l’opéra, réduite à des suites de danses légères, manquait d’ampleur ; l’aération indispensable ne pouvait guère venir que de l’extérieur.

François Couperin, tout juste titulaire des orgues de St Gervais et de la Chapelle du Roy, Maître de Clavecin du duc de Bourgogne incarne une audace et un goût nouveau.

En 1690, il publie avec privilège ses Messes d’orgue sous son nom tandis qu’il présente sans les éditer des sonates en trio inspirées du maître italien Arcangelo Corelli, sous un nom d’emprunt italianisé afin de ne pas « entacher » sa réputation française.

 

Ces sonates La Pucelle, La Visionnaire et l’Astrée firent sensation.

Couperin choisit le modèle des sonates « da chiesa » mais confie la basse continue au clavecin plutôt qu’à l’orgue et enchaînera les airs. Des graves de caractère religieux (on peut y trouver des échos des messes d’orgue), des fugatos très libres sont repris d’un mouvement à l’autre pour donner plus d’unité à l’œuvre.

Chaque sonate contient un air dans le style tendre de Lambert ou Lulli. Aux mouvements lents ou rapides de Corelli, Couperin ajoute des tempos modérés (tendrement, affectueusement, gracieusement) qui donnent à l’ensemble une allure un peu moins allègre… Le climat est plus tempéré.

Enfin, Couperin – après Chambonnières, Marais ou d’Anglebert- donne à chaque sonate un titre qui facilite leur désignation et leur confère plus d’humanité.

 

Vingt ans plus tard, n’ayant rien perdu de leur réputation, des amateurs pressaient Couperin de les éditer. Couperin publiera à l’automne de sa vie en 1726 quatre « sonades » en trio sous le titre «  Nations » : Françoise, Espagnole, Piémontoise – issues respectivement de La Pucelle, La Visionnaire et l’Astrée ainsi qu’une sonade composée entre 1715 et 1725 l’Impériale. Ces sonades enchaînent les sonates italiennes de jeunesse avec un ordre composé de suites de danses à la française dans leur structure mais très italiennes dans la fluidité de leurs mélodies et l’audace des harmonies.

Curieusement, Couperin n’a presque rien changé de ses sonates de jeunesse comme si aucune des éditions parues entre temps n’avaient influencé Couperin.

Sylvie Brély.

Jean-Luc Ho clavecin

Jean-Luc Ho est passionné par les claviers anciens. Lauréat du CNSMDP, il reste marqué par l’enseignement de Blandine Verlet. Son intérêt pour la facture et les instruments historiques lui offre un contact privilégié avec des tribunes d’orgue prestigieuses et des collections d'instruments. Il est l'un des initiateurs du projet L'Art de la Fugue, œuvrant à l'installation et à la valorisation d'un orgue espagnol de 1768 dans l'église St Eloi de Fresnes (94).

Sa discographie autour de Bach, Couperin, Byrd, Sweelinck est remarquée par la critique. Il est en ce moment artiste en résidence au Festival Bach en Combrailles et à l’abbaye de Royaumont.

 

Nima Ben David gambiste recherchée, s’est illustrée au disque dans la musique française : Les Tombeaux de Monsieur de Sainte Colombe et de Monsieur de Lully de Marin Marais, les pièces de violes de Couperin et Antoine Forqueray, la musique anglaise pour viole de Captain Tobias Hume et Yédid Néfèsh (poèmes judéo-espagnols). Elle enseigne au CRR de Boulogne-Billancourt.

 

Alice Piérot d'abord premier violon des Musiciens du Louvre puis du Concert Spirituel, elle se consacre aujourd'hui principalement à la musique de chambre avec notamment l’ensemble Amarillis,  mais également avec le Trio Anpapié, les inAttendus  ou en duo avec Aline Zylberajch; elle a fondé en 2002 "la Courroie", vaste vaisseau musical qui accueille aujourd’hui concerts, résidences, créations et enregistrements, expérimentant de nouvelles formes de diffusion et de pratiques de la musique, de la plus ancienne à la plus contemporaine.

 

Bérengère Maillard violon, se spécialise en violon baroque en 2002 auprès de F. Fernandez et Enrico Gatti. Elle est sollicitée par Le Concert Spirituel, Les Talens Lyriques et se produit en musique de chambre avec les Lunaisiens, B. Rannou, Le Banquet Céleste, Les Ombres au sein du CMBV. Titulaire du Certificat d’Aptitude de musique ancienne, elle enseigne le violon baroque aux conservatoires de Clamart et Fontenay-aux-Roses. Elle est membre fondateur de La Castella.

 

Olivier Riehl traverso, se passionne pour la musique traditionnelle et se spécialise au traverso auprès de Serge Saïtta. Diplômé de la Haute Ecole de Musique de Genève, il enregistre du Boismortier avec son ensemble Le Petit Trianon pour le Label Ricercare. Il joue dans de nombreux ensembles tels que Pygmalion, La rêveuse, Les Arts Florissants…

 

Aurélien Delage flûtiste et claveciniste lauréat du CNSMDP, il fonde le département de musiques anciennes au CRR de Bordeaux et se passionne pour la facture instrumentale (clavecins, clavicordes, le piano-forte au XVIIIe) et collabore avec le Musée de la Musique de Paris. Il est à l’initiative de la restauration de l’orgue Renaissance de Saint-Amand-de-Boixe en Charente. Il joue dans de nombreux ensembles Concert Spirituel, Chapelle Rhénane, Correspondances…

 

Neven Lesage hautbois, débute le hautbois moderne à Nantes, se perfectionne avec Hélène Devilleneuve. Passionné par la musique du XVIIIe siècle, il débute parallèlement le hautbois baroque avec Jean-Marc Philippe, intègre le Pôle Supérieur de Paris dans la classe de hautbois anciens d’Antoine Torunczyk, et se perfectionne auprès d’Alfredo Bernardini au Conservatorium van Amsterdam. Il fonde en 2017 l’Ensemble baroque Sarbacanes et participe au projet Démos de la Philharmonie de Paris.

 

Alejandro Pérez Marin apprend le basson en autodidacte en Colombie et obtient une bourse humanitaire pour étudier en France. Lauréat du CNSMDP en 2013, il fait partie des Orchestre Français des Jeunes et Orchestre baroque en 2014. Depuis il se produit avec l’Ensemble Pygmalion, La Grande Ecurie et la Chambre du Roy tout comme à l’Orchestre de Paris, l’Ensemble Intercontemporain. Il participe au projet Démos de la Philharmonie de Paris.