Vendredi 15 mars 2019 à 20h19

Samedi 16 mars 2019 à 11h00

complet

La Simphonie du Marais

Hugo Reyne • flageolet, flûte, serinette, appeaux…

Saskia Salembier • violon et chant

Mathieu Camilleri • violon

Jérôme Vidaller • violoncelle

Yannick Varlet • clavecin

Oiseaux baroquesLes oiseaux, source d’inspiration infinie pour les compositeurs de tous les temps, ont inspiré un nombre incroyable d’œuvres musicales. Pour ce programme Oiseaux baroques je suis cependant resté dans les limites du XVIIIème siècle. Grâce à Mozart et sa Flûte enchantée, je suis parti du personnage de Papageno et donc de la vision d’un oiseleur de 1791. Je me suis donc identifié à celui-ci. A cette époque, il était encore d’usage d’apprendre de petits airs aux oiseaux domestiques. C’est ainsi qu’est né un petit instrument pour se faire : le flageolet d’oiseaux. Dans ce concert, j’ai souhaité vous faire partager mes trouvailles en matière de musique « avicole » comme l’air d’une marchande d’oiseaux de Mouret, la sonate Le Coucou de Finch ou encore l’Oiseau en cage de Graupner. A côté de ces raretés, j’ai surtout voulu illustrer ce thème aérien avec des compositeurs bien connus de la période dite baroque: Couperin (dont on a célébré en 2018 les 350 ans de la naissance), Haendel, Rameau, Telemann et Vivaldi. Chacun de ces grands maîtres a su illustrer musicalement son oiseau de prédilection, abordant tour à tour, l’amour, la plainte, la joie et même la mort du volatile. Le chant des oiseaux est généralement si élaboré qu’il est difficile aux compositeurs de les imiter réellement dans leur écriture. Même Messiaen a du y éprouver un sentiment d’impuissance tant leur créativité musicale nous dépasse. L’interprète sera donc tenté d’aller plus loin dans l’approche de l’imitation du ramage, de la richesse des gazouillis, de la variété des trilles, de la légèreté du pépiement, de la souplesse et de la liberté de l’oiseau. L’oiseau décline aussi, à lui seul, un grand nombre de concepts qui vont de la plume, avec laquelle je vous écris, jusqu’aux œufs sur lesquels je suis en préparant ce programme qui, j’espère, vous fera voler vers un monde merveilleux, vu par un Papahugo du XXIème siècle.

La Simphonie du Marais – Hugo Reyne

Fondée en 1987 par Hugo Reyne à Paris

Implantée depuis 2004 à la Chabotterie en Vendée - Pays de la Loire

 

Et La Simphonie du Marais fut…

Hugo Reyne décide de fonder La Simphonie du Marais en 1987. En créant son propre ensemble, le souhait d’Hugo Reyne est de faire partager à un public très large, ses découvertes, ses joies, ses émotions et d’insuffler la vie à ses nombreux projets musicaux.

Ardent défenseur du patrimoine musical français de Lully à Rameau, le nom qu’il choisit réunit le mot Simphonie, synonyme aux XVIIe et XVIIIe siècles d’ensemble instrumental, et le Marais, l’un des plus beaux quartiers de Paris, représentatif de la période baroque. Un nom prédestiné, puisque La Simphonie du Marais est désormais implantée en Vendée, territoire bordé des marais breton et poitevin.

Répertoire de l’ensemble et partis pris d’interprétation

La Simphonie du Marais – Hugo Reyne propose des programmes - concerts et spectacles - de musique symphonique, de ballets, de comédies-ballets et d’opéras et peut rassembler jusqu’à 50 musiciens : chanteurs solistes, chœur et orchestre.

Hugo Reyne se passionne également pour la musique de chambre, le répertoire concertant pour flûte et la musique de plein air en bande de hautbois.

La spécificité de La Simphonie du Marais se trouve dans la diversité des programmes proposés : Hugo Reyne convie le public à des concerts à l’ambiance inattendue où la musique peut côtoyer la poésie, le théâtre, la danse, ou encore la gastronomie. En présentant les œuvres à son auditoire, il les remet dans leur contexte, les nourrit d’anecdotes, propose des moments d’échanges et crée ainsi des concerts dynamiques durant lesquels personne ne se sent exclu.

Un ensemble présent sur les scènes nationales et internationales

La Simphonie du Marais – Hugo Reyne évolue depuis près de 30 ans sur la scène nationale et internationale. Elle s’est produite dans les plus grandes salles de France : La Cité de la Musique, l’Opéra Royal de Versailles, l’Opéra Comique…Mais aussi au Konzerthaus de Vienne, au Concert Hall de Stockholm, à la Capella de Saint-Petersbourg… Également dans des festivals renommés, aussi diversifiés que Sablé, Pontoise, Maguelone, la Folle Journée, La Chaise-Dieu, Milano-Torino, festival Bach de Lausanne, Utrecht, Festival Cervantino au Mexique…

Plus de 40 enregistrements discographiques : musique de chambre, orchestre, opéras…

La Simphonie du Marais – Hugo Reyne a enregistré plus d’une quarantaine de disques et coffrets, tous salués par la critique. Ces enregistrements réguliers sont, pour la plupart, l’aboutissement du travail de recherche sur le patrimoine musical français mené par Hugo Reyne.

Une collection dédiée à Lully : Atys (Musiques à la Chabotterie) et 10 autres volumes (Accord- Universal) dont Le Bourgeois gentilhomme, Isis, Amadis, Le Triomphe de l’Amour…

Une collection dédiée à Rameau (Musiques à la Chabotterie) : La Naissance d’Osiris,

Concerts mis en Simphonie, Naïs, les Indes galantes...

Des enregistrements d’oeuvres inédites de Charpentier, Delalande, Desmarest, Dieupart,

Dornel, Fiocco, Francoeur, Gautier, Haendel, Moreau, Philidor, Purcell, Rebel...

Des albums thématiques : Viennoiseries musicales, Musiques au temps de Richelieu, La Fontaine - un portrait musical, Musiques à danser, Musiques aux États du Languedoc, Musiques pour les Mousquetaires…

Sans oublier des chefs-d’œuvre du répertoire comme les Sonates Opus V de Corelli, les Concertos pour flûte de Vivaldi, les Concertos brandebourgeois de Bach, Water Music & Royal Fireworks de Haendel, Couperin: Les Nations réunies & autres Sonades

- Prochaine parution :

Telemann : concertos et suite pour flûte et cordes

Le Label Musiques à la Chabotterie a été créé en 2006 à l’occasion des 10 ans du festival éponyme.

La Simphonie du Marais assure la gestion de ce label depuis 2013.

La Simphonie du Marais - Hugo Reyne est subventionnée par le Conseil départemental de la Vendée, le Conseil régional des Pays de la Loire, reçoit le soutien de l’Etat – Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) des Pays de la Loire,      de la Communauté de communes Terres de Montaigu et bénéficie en 2019 d’une aide du Crédit Mutuel.

 

Programme

Wolfgang-Amadeus Mozart (1756-1791)

La Flûte enchantée (1791)

Air de Papageno "Der Vogelfänger bin ich ja" ("Oui je suis l'oiseleur")

 

Jean-Joseph Mouret (1682-1738)

Le Faux Scamandre (3ème Recueil des divertissements du nouveau théâtre italien, 1718)

Ariette d’une vendeuse d’oiseaux "Qui veut de beaux petits oiseaux"

Air pour les Oiseleurs

Vaudeville "Quand on se met en ménage"

 

Mr. Hill (début XVIIIème siècle)

The Bird Fancyer’s delight (Le Délice de l’oiseleur) or choice observations, and directions concerning ye teaching of all sorts of singing-birds, after ye flagelet (1708)

Flourish & Tune for the Canary bird (Prélude & Air pour le Canari)

sur le fac-similé du flageolet d'oiseau Charles Bizey (Collection du Musée) fait par Bruno Reinhard, 2018

 

Georg-Philipp Telemann (1681-1767)

Trauer-Music eines kunsterfahrenen Canarienvogels (Cantate pour la mort d’un canari, 1737)

Air "O weh, mein Canarin ist tot" ("Hélas, mon canari est mort")

 

Mr. Hill

The Bird Fancyer’s delight

Flourish & tune in C natural (do majeur) for the Linnet (Linotte)

Flourish & tune in C flat (do mineur) for Bullfinch (Bouvreuil)

Flourish & Tune in D flat (ré mineur) for the Woodlark (Alouette des bois)

 

Christoph Graupner (1683-1760)

Suite en sol majeur (GWV 466, c. 1732)

Uccellino chiuso (Oiseau en cage)

 

François Couperin (1668-1733)

3ème Livre de pièces pour clavecin (14ème ordre, 1722)

Le Rossignol en amour, Lentement et très tendrement (version flûte et clavecin)

 

Edward Finch (1664-1738)

The Cuckoo sonata (c.1685)

Spiritoso, Presto

 

Georg Friedrich Haendel (1685-1759)

The Cuckoo & the Nightingale (Concerto pour orgue no.13, Second Set no.1, HWV 295, 1738) (version flûte et cordes)

Larghetto, Allegro, Larghetto, Allegro

sur le fac-similé de la flûte Thomas Stanesby junior (Collection du Musée) fait par Bruno Reinhard, 2018

 

Leopold Mozart (1719-1787) ou Edmund Angerer (1740-1794)

Kinder-Sinfonie (Symphonie des jouets)

Allegro

 

François Couperin (1668-1733)

3ème Livre de pièces pour clavecin (14ème ordre, 1722)

Les Fauvettes plaintives, Très tendrement  (version flûte et 2 violons)

 

Jean-Claude Hervieux de Chanteloup (1683-1747)

Nouveau traité des serins de Canarie (1709) (musique de M. de Montandre)

Prélude et Marche de Zurlauben

sur le fac-similé du flageolet d'oiseau Charles Bizey (Collection du Musée) fait par Bruno Reinhard, 2018

 

Antonio Vivaldi (1678-1741)

Il Gardellino (Le Chardonneret) (Concerto, version de chambre RV 90) (c.1725)

Allegro, Largo, Allegro

 

Jean-Philippe Rameau (1683-1764)

Le Rappel des oiseaux (Pièces de clavecin, 2ème livre 1724)

 

Wolfgang-Amadeus Mozart

Air "Oiseaux si tous les ans" (K 307, 1777)

INFOS PRATIQUES

 

Tarif unique 11€

Gratuit pour les enfants de moins de 15 ans

Règlement sur place (Attention, pas de CB !)

 

Réservation indispensable

par mail de préférence : resa@lacourroie.org

ou par téléphone : 04 90 32 11 41

 

Placement libre

Concert sans entracte, durée 1h15 environ

 

Soupe, desserts et boissons vous sont proposés

à partir de 19h15 et à l’issue du concert

Boissons : 1€

Soupe : 3€

Desserts : 2€

Hugo Reyne

Flûtiste, hautboïste et chef d’orchestre

Directeur musical et fondateur de La Simphonie du Marais – Hugo Reyne Directeur artistique du Festival Baroque du Pays du Mont-Blanc

A l’initiative du Festival Baroque des Olonnes et du Festival Marais Baroque

 

Formations, premiers prix et enregistrements solo

Né à Paris en 1961, Hugo Reyne commence très jeune l’étude de la flûte à bec puis celle du hautbois. Il obtient rapidement les diplômes et premiers prix de plusieurs conservatoires et concours nationaux. En 1981, il remporte le premier prix du concours international de flûte à bec de Hurtebise et, en 1984, le premier prix de musique de chambre du Concours International de Bruges. En soliste à la flûte, il a enregistré notamment les sonates de Bach, de Corelli, de Haendel, des concertos de Vivaldi, les suites de Dieupart, la sonate d’Anne Philidor, une collection de pièces de Purcell, de Gautier, de Dornel, de Fiocco...

 

Parcours d’instrumentiste et fondation de son ensemble

Longtemps compagnon de route apprécié des principaux chefs de file du mouvement baroque (Frans Brüggen, Philippe Herreweghe, Gustav Leonhardt ou Jordi Savall), il fait une carrière de musicien d’orchestre, avant de fonder son propre ensemble en 1987, La Simphonie du Marais. Dans les années 80, il joue donc la flûte et/ou le hautbois dans la plupart des ensembles baroques parisiens. Il effectue des tournées aux Etats-Unis, au Canada, en Amérique du Sud, en Australie, au Japon et dans toute l’Europe.

 

Goût de la pédagogie et de la transmission aux générations futures

Titulaire du Certificat d’Aptitude de Musique Ancienne, Hugo Reyne a enseigné dans de nombreuses structures, conservatoires ou stages et notamment au conservatoire de Bordeaux (1990 à 2000) puis à celui de Marseille (2001 à 2003). Ajoutons qu’il a tenu le rôle du professeur de musique dans le film Le Péril jeune (1995) de Cédric Klapisch, son camarade de lycée.

Il a été amené à diriger d’autres formations comme l’Orchestre National de Bordeaux-Aquitaine. La transmission aux générations suivantes du répertoire baroque est importante à ses yeux et grâce à La Simphonie du Marais, Hugo Reyne a formé un certain nombre d’instrumentistes qui ont créé aujourd’hui leurs propres ensembles.

 

Travail de recherches musicologiques

Hugo Reyne consacre également une grande partie de son temps à la recherche musicologique en bibliothèque ainsi qu’à l’édition de partitions anciennes. Depuis septembre 2018, Hugo Reyne est chercheur pour l’IEA (Institut d’Etudes Avancées) de Nantes où il poursuit ses recherches sur

l’émergence de la symphonie en France au XVIIIe siècle. Pour son travail sur le patrimoine musical français, il s’est vu récompensé en 1998 par le Ministère de la Culture du titre de Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres, puis de celui d’Officier en 2012.