Lundi 26 octobre 2020 à 20h20

Elsa Grether • violon

David Lively • piano

Francis Poulenc •  Sonate pour violon et piano (à la mémoire de F. Garcia Lorca)

Aaron Copland • Sonate pour violon et piano

Sergueï Prokofiev • Sonate n°1 en Fa Mineur op 80

Maurice Ravel • Sonate en Sol pour violon et piano

La violoniste française Elsa Grether est l’invitée de festivals prestigieux en France et à l’étranger.

Elle a donné des récitals au Carnegie Weill de New-York, Printemps des Arts de Monte-Carlo, Flâneries Musicales de Reims, Festival Berlioz, Festivals de Menton, de Sully et du Loiret, des Forêts, des Abbayes en Lorraine, Pâques à l’Abbaye de Fontevraud, de Musique sacrée de Perpignan, en Belgique Bozar et Flagey, Radio Suisse-Romande et Festival Musiques en Eté à Genève, Palazzetto Bru-Zane, Mozarteum de Salzbourg…

En soliste avec orchestre, elle a interprété les grands concertos du répertoire avec notamment les Orchestres Symphonique de Mulhouse, de Cannes, de Briansk, le Philharmonique du Liban, Indiana Philharmonic Orchestra, Deutsch-Tschechicher Kammerorchester… On a pu l’entendre aux Folles Journées de Nantes ; aux Grandes Heures de Cluny (Concerto de Tchaïkovsky),  au Liban (Sibelius), aux Flâneries Musicales de Reims, Festival Berlioz, Festival des Forêts, Collège des Bernardins et Salle Cortot à Paris, ADAC Reims, Société de musique de chambre de Rouen, Musique en Polynésie.

On la retrouve en 2019-20 au Festival d’Art sacré d’Antibes (avec l’Orchestre de Cannes),  Festival de Rocamadour, Musicales de Normandie, Estivales d’Arténétra, Musique en Dialogues aux Carmélites à Toulouse, Musicales de Redon, Altmark Festspiele.

Elle collabore fréquemment avec l’écrivain Alexis Ragougneau dans un programme autour de son roman « Opus 77 », ainsi qu’avec les comédiens Daniel Mesguich et William Mesguich.

Parmi ses projets 2020-21 : deux soirées avec le Concerto de Sibelius (François-Xavier Roth et la Jeune Symphonie de l’Aisne), le Concerto de Tomasi avec l’Orchestre Symphonique de Mulhouse (Jacques Lacombe) ainsi que des récitals à Paris aux Invalides avec David Lively, au Petit Palais avec Ferenc Vizi et à Hambourg, Mulhouse, Avignon, Liège, Festival des Abbayes en Lorraine, Scènes Musicales de Lafrançaise…

Ses trois premiers CDs, Poème Mystique (2013), French Resonance (2015) avec les pianistes Ferenc Vizi et François Dumont (label Fuga Libera/Outhere) et Kaléidoscope (2017) consacré au répertoire pour violon seul (Fuga Libera/Outhere) ont été unanimement accueillis par la presse et le public, obtenant tous les trois 5 Diapasons, 4 étoiles Classica ainsi que des critiques élogieuses dans le magazine Gramophone, 5 de Pizzicato, La Libre Belgique, Concertclassic…

Son nouveau disque, consacré à Prokofiev avec le pianiste David Lively (avril 2019 - Fuga Libera/Outhere),  reçoit FFFF de Télérama,et recueille des critiques unanimes dans Classica (5 étoiles), Diapason (5 Diapasons), Pizzicato, Classiquenews, Musikzen, Concertclassic dont le critique écrit : «Ce disque émerveille de bout en bout et se range sans hésitation parmi les grandes versions modernes ». Elsa Grether est lauréate du Prix International Pro Musicis 2009 à l'unanimité ainsi que de diverses fondations : Safran pour la Musique, Natixis-Banque Populaire,  Prix Oulmont (Fondation de France), Cziffra, Fondation pour la Vocation. En 1993, elle est lauréate du Concours des Jeunes solistes organisé par la RTBF de Bruxelles. Durant ses études à l’Université d’Indiana (USA) elle est lauréate de la prestigieuse bourse complète Josef Gingold.

Elle est régulièrement invitée sur France Musique, Musiq’3, la RTS Suisse et Alain Duault lui a consacré une émission sur France 3.

Née à Mulhouse, après l’obtention d’un Premier Prix à l'unanimité du jury au CRR de Paris le jour de ses quinze ans, elle a été l’élève de maîtres prestigieux : Ruggiero Ricci au Mozarteum de Salzbourg, Mauricio Fuks à l'Université d’Indiana à Bloomington, Donald Weilerstein au  New England Conservatory de Boston et Régis Pasquier à Paris.

INFORMATIONS PRATIQUES

 

Tarif unique 11€

Règlement sur place

Attention, pas de CB !

 

Réservation indispensable

par mail de préférence :

resa@lacourroie.org

ou par téléphone : 04 90 32 11 41

Placement libre

Durée du concert 1h15 sans entracte

 

Soupe, desserts et boissons vous sont proposés

- à l'issue du concert de 11h00

- à partir de 19h15 et à l’issue du concert du soir

Boissons : 1€

Soupe : 3€

Desserts : 2€

Pianiste franco-américain, David Lively tire de sa double culture une personnalité unique sur la scène musicale, passionnément attaché aux patrimoines tant français qu’américain. Sans surprise, il est un interprète de référence de ces deux écoles musicales.

Né aux États-Unis, il vient en France dès 1969 à l’âge de seize ans pour étudier à l’École normale de musique avec Jules Gentil (qui fut l’assistant d’Alfred Cortot) et Claudio Arrau. Très vite, sa technique éblouissante et son intensité musicale lui valent d’être lauréat de nombreux concours internationaux (Long Thibaud, Reine Elisabeth, Genève, et Tchaïkovski où il remporte le Prix spécial pour la musique contemporaine).

Très tôt, il mène une carrière qui s’affirme protéiforme, diversité qui s’est maintenue à ce jour. Il connaît intimement le grand répertoire pour soliste, maîtrisant plus de 80 concertos et se fait une spécialité de grandes pages très rarement données parce que redoutables techniquement : concertos de Busoni et Furtwängler, et surtout le très difficile Castelli Romani de Joseph Marx, qu’il a enregistré avec l’Orchestre de Bochum sous la direction de Steven Sloane. Cet enregistrement vient d’être réédité par le label Naxos.  En concerto, il a eu le privilège d’être dirigé par des chefs tels qu’Erich Leinsdorf, Ferdinand Leitner, Stanisław Skrowaczewski, Lovro von Matacic, Walter Susskind, Leonard Slatkin, Simon Rattle, Colin Davis, Michael Gielen, Rafael Kubelik, Jerzy Semkow, Kurt Sanderling, Pascal Rophé.

Il se consacre avec enthousiasme à la musique américaine du XXe siècle et en particulier aux œuvres d’Aaron Copland et Elliott Carter dont il fut un ami intime. Son très récent disque I Got Rhythm, consacré au répertoire américain de Gottschalk à Carter en passant par Gershwin, Joplin, Barber, Ives, Bolcom, Albright (label La Música), remporte un très vif succès critique et public. Pierre Gervasoni (Le Monde) voit en lui « un guide inspiré de la musique américaine »,

alors que Thierry Hilleriteau (Le Figaro) salue un « claviériste surdoué […], l’un des meilleurs interprètes de la musique d’Elliott Carter, d’Aaron Copland ou de Charles Ives ».

La maîtrise instrumentale éblouissante de David Lively fait de lui un champion de la création musicale. Citons la création européenne de Riverrun de Takemitsu avec Kent Nagano, celle du trio Cendres de Saariaho, le Double concerto de Travlos avec l’Orchestre de la Radio de Moscou et Vladimir Fedosseyev, Continuous Snapshots que lui dédie Sébastien Gaxie créé au festival Manifeste de l’IRCAM. Il joue et enregistre (label Cyprès) le concerto de Benoît Mernier avec l’Orchestre national de Montpellier-Languedoc-Roussillon sous la direction Ernest Martinez Izquierdo. Entretenant des relations privilégiées avec Philippe Boesmans, il a donné à maintes reprises sa musique de chambre, son concerto et a enregistré l’intégrale de son œuvre pour piano. Même complicité étroite avec William Blank, dont il crée le concerto Cris et plus récemment Reflecting Black, commande de l’Orchestre de la Suisse romande enregistrée sous la direction de Pascal Rophé (labelAeon).

Ardent défenseur du répertoire français, il promeut l’œuvre du compositeur Benjamin Godard au festival Piano aux Jacobins et à Venise avec la fondation Bru Zane.

Très attaché à la musique de chambre, David Lively a donné maints concerts avec les Quatuors Melos, Borodine, Psophos, Terpsycordes, ainsi que Gil Shaham, Marta Argerich, Eugène Istomin, Alexander Gindin, Cyprien Katsaris ou encore Yuri Favorin. Il a réalisé plusieurs enregistrements marquants : intégrale de la musique de chambre de Franck avec Tatiana Samouil au violon, le Quatuor Malibran et les solistes de l’Orchestre de La Monnaie (un coffret salué par la critique) ; de nouveau avec Tatiana Samouil, un disque consacré à Fauré, Debussy et Ravel (label Indesens) distingué par la presse. ; avec la violoniste Elsa Grether, l’œuvre pour violon et piano de Prokofiev qui a été salué par la presse et a reçu 4 ffff de Télérama.

Une curiosité débordante le pousse à se pencher sur des répertoires remontant jusqu’à la Renaissance. Son travail sur instruments d’époque se concrétise par des récitals sur un piano Zumpe 1771 pour les œuvres de Scarlatti, Händel, Bach, Mozart et les œuvres de jeunesse de Beethoven. Il vient d’enregistrer avec le Quatuor Cambini Paris et le contrebassiste Thomas de Pierrefeu les deux concertos de Chopin pour le label Aparté sur un piano Erard de1836.

Pédagogue recherché, il donne de nombreuses master-class au Festival de piano de Shanghai, à l’Académie Sibélius d’Helsinki, à Athènes, à Bucarest (Centre Enesco), au Centre de musique française de l’École normale de musique de Paris et à l’Académie Bashmet en Russie.

Il est membre fondateur de l’Association des Artistes pour la Paix.